Restez informés

Découvrez le tour de passe-passe d’Anne Hidalgo pour boucler son budget

12 décembre 2016

boucler-budget

Le DFA 168-DLH, document central du débat budgétaire mais ne figurant pas dans les annexes du budget primitif, vise à pérenniser -ce que le groupe les Républicains n’a de cesse de dénoncer- le recours à la pratique contestable des loyers capitalisés versés par anticipation par les bailleurs sociaux à l’occasion des opérations de conventionnement de leur parc de logements libres.

En quoi cela consiste ?

  • 1ère étape : intensifier les opérations de conventionnement du parc de logements libres des bailleurs sociaux, près de 9 000 depuis 2014 dont plus de 3 000 à la séance de décembre du Conseil de Paris, alors même que ces opérations ne créent pas un seul logement supplémentaire pour les parisiens
  • 2ème étape : obliger les opérateurs sociaux à capitaliser les loyers sur 50 ans, permettant ainsi à Anne Hidalgo d’encaisser de confortables revenus exceptionnels. Ainsi, Paris-Habitat et Elogie, les bailleurs sociaux de la Ville de Paris, vont se voir ponctionner des montants considérables, correspondants à des loyers dus à la Ville de Paris, mais dont le versement aurait dû être étalé sur plusieurs dizaines d’années.
  • et enfin 3ème étape, transférer tranquillement ces recettes d’investissement en « recettes exceptionnelles » de fonctionnement sur une seule année  pour combler les finances déficientes de la Ville de Paris

Les conséquences de ce tour de passe-passe ?

Cette stratégie ne constitue pas seulement une fuite en avant (que ferons-nous quand il n’y aura plus rien à conventionner ?), elle a des effets particulièrement dommageables pour les parisiennes et les parisiens.

Anne Hidalgo ne précise pas le mécanisme qui est envisagé pour récupérer l’argent de la part des bailleurs sociaux. S’agit-il de rapatriements réguliers ou d’un versement immédiat qui obligerait les bailleurs à s’endetter lourdement et à compromettre leurs fonds propres avant d’encaisser les loyers à percevoir.

Anne Hidalgo éradique aussi méthodiquement, systématiquement, tous les logements destinés aux classes intermédiaires pour les  conventionner en logements sociaux et très sociaux. Pire, pour mener à bien ces opérations anti-classes moyennes, Anne Hidalgo utilise et ponctionne les bailleurs sociaux qui se voient ainsi, sur ordre, sommés de faire « le sale boulot » au détriment de leurs fonds propres et de leur capacité d’endettement.