Restez informés

La consultation publique sur les rythmes scolaires

24 juin 2014

© Sophie Robichon / Mairie de Paris

En mars 2013, Bertrand Delanoë a décidé d’appliquer précipitamment le Décret de Vincent Peillon modifiant l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires.
Cette application anticipée n’a pas pu se faire dans de bonnes conditions (5 mois dont 2 de vacances d’été pour mettre en place une telle réforme !) et la concertation a littéralement été escamotée.

La semaine des enfants parisiens a été organisée sur la base de 24 heures d’enseignement et 3 heures d’activités périscolaires par semaine, réparties sur 9 demi-journées :

semaine rythmes scolaires

La rentrée de septembre 2013 a été « secouée » et la Mairie de Paris a dû faire face à de nombreux mouvements de contestation de l’ensemble de la communauté scolaire et périscolaire (enseignants, parents, personnels d’animation).

De nombreux dysfonctionnements ont alors été constatés :

  • la qualité inégale des activités dispensées dans le cadre des ateliers périscolaires ;
  • l’insuffisante formation des animateurs en charge de ces ateliers, particulièrement les animateurs des associations/groupements partenaires de la Mairie de Paris ;
  • l’absence de contrôle des associations/groupements partenaires retenus par la Mairie pour organiser les ateliers ;
  • l’absence de réelle procédure transparente de désignation ;
  • la sécurité des enfants (pendant les ateliers et lors des flux d’entrées et de sorties) ;
  • l’information des parents ;
  • la concertation avec les directeurs d’écoles ;
  • la fatigue des enfants ;
  • une réforme particulièrement inadaptée aux enfants de maternelle.

Les assouplissements proposés par Benoît Hamon, tout juste nommé Ministre de l’Éducation nationale au Printemps 2014, démontraient que des ajustements étaient possibles et que la contestation était justifiée.
Dès lors, même s’il excluait d’office le retour à la semaine de 4 jours ou l’utilisation du mercredi matin pour les activités périscolaires (puisque le principe de 5 matinées de classes était maintenu), il était possible :

  • d’une part de programmer moins de 24 heures d’enseignement par semaine, en contrepartie d’une réduction des vacances d’été
  • d’autre part de revenir à une journée de 6 heures de cours maximum (au lieu de 5h30 avant), la demi-journée restant calibrée à 3h30 maximum.

Aussi, dans un premier temps, et parce qu’elle s’était déclarée ouverte à des améliorations du dispositif, le groupe UMP a formulé ce souhait à la Maire de Paris en mai 2014, qui a refusé. En parallèle, le groupe UMP avait lancé une grande consultation publique.

La consultation publique

Dans un premier temps, il s’est agi de rencontrer l’ensemble des acteurs concernés (parents, enseignants, animateurs) pour réfléchir à des pistes d’améliorations.

Ces rencontres ont permis de mettre au vote plusieurs propositions d’aménagement de la semaine scolaire et périscolaire des enfants.

Option 1 : Regroupement des activités périscolaires sur un après-midi

Cette option permettrait de rassembler des activités de qualité, sur un seul créneau de 3 heures un des après-midi de la semaine (hors mercredi) par exemple le jeudi.
Dans l’état actuel de la réforme, pour les enfants, aucune journée ne se ressemble et les 2 créneaux d’1h30 ne laissent pas le temps d’approfondir les activités.

option1

Option 2 : Des journées raccourcies qui allègent la semaine des enfants

Avec cette option, les activités périscolaires de la fin de journée sont identiques, mais  les enfants terminent la classe à 15h30 tous les jours sauf le mercredi (11h30), en compensation d’une réduction des vacances d’été pour rattraper les créneaux d’enseignement hebdomadaires supprimés (36 heures, soit 1 semaine ½ à rattraper).

option2

Option 3 : Mise en place d’un accueil matinal dès 8h et des journées raccourcies

Dans cette option, les enfants peuvent arriver à partir de 8h le matin, les activités périscolaires de la fin de journée restent identiques.  La classe se termine à 16h tous les jours sauf le mercredi (11h30) en compensation d’une réduction des vacances d’été pour rattraper les créneaux d’enseignement hebdomadaires supprimés (35 heures, soit 1 semaine ½ à rattraper).

option3

Option  4 : Mise en place d’un accueil matinal dès 8h et des journées classiques

option4
Dans cette option, les enfants peuvent arriver à partir de 8h le matin, les activités périscolaires de la fin de journée restent identiques. La classe se termine à 16h30 tous les jours sauf le mercredi (11h30), et le vendredi (16h). En revanche, dans cette option, il n’est plus besoin de réduire les vacances.

Les résultats

La 1ère option, à savoir le regroupement des activités sur un après-midi, a remporté l’adhésion de la majorité des votants : 45 % sur près d’un millier de votants, dont la plupart (56%) étaient des parents.

Il faut souligner que c’est le principal assouplissement permis par le décret Hamon.
Cette « maquette » présente l’avantage non négligeable de la simplicité :

  • un emploi du temps simple : la classe se termine tous les jours à la même heure, à l’exception d’un après-midi. Finies la désorientation et la confusion de certains enfants, qui ne savent plus où ils en sont d’un jour à l’autre ;
  • la possibilité d’avoir des activités de plus grand intérêt, de plus grande qualité : un seul créneau de 3 heures au lieu de 2 d’1h30 permet par exemple de se déplacer vers un site sportif ou culturel et d’approfondir la thématique de l’atelier.

Conformément à ses engagements, le groupe UMP a donc demandé à la Maire, par la voie d’un vœu au Conseil de Paris de Juin 2014, de bien vouloir expérimenter cette proposition d’aménagement des rythmes éducatifs dans quelques écoles parisiennes dès la rentrée 2014.

Là encore, nous avons essuyé un refus obstiné de la Maire de Paris.