Restez informés

Création d’une mission d’information et d’évaluation sur la politique municipale en matière de propreté

12 octobre 2016

Paris, le 12 octobre 2016

Madame la Maire,

Conformément aux dispositions de l’article 22 du règlement intérieur du Conseil de Paris, nous souhaitons voire inscrite au prochain Conseil de Paris de décembre une délibération portant création d’une mission d’information et d’évaluation sur la politique municipale en matière de propreté.

Ce sujet fait l’unanimité chez les Parisiens tant la politique municipale en matière de nettoiement des rues fait défaut. Ainsi, d’après un sondage publié en octobre 2015, 68 % des Parisiens sont mécontents de la propreté de Paris. Les interpellations sont récurrentes sur les réseaux sociaux pour vous intimer à agir. D’autant plus que depuis la suppression du baromètre de la propreté en 2009, les Parisiens ne disposent plus d’outil d’évaluation en continu de cette politique municipale. D’ailleurs, votre prédécesseur reconnaissait sitôt son mandat achevé qu’il avait « lâché trop vite » sur ce sujet.

Qualifiée de priorité du mandat par vos soins en avril 2014, la propreté n’a fait l’objet d’une communication qu’en février 2016. Sans cesse reporté, le plan d’actions devait initialement être présenté début 2015. Moins de deux mois après son adoption, vous reconnaissiez déjà qu’il était dépassé et annonciez qu’un plan complémentaire serait prochainement présenté, ce qui n’a toujours pas été le cas à ce jour.

Il semble indispensable de procéder à l’audition de l’ensemble des acteurs de la propreté à Paris. Elle permettra de mieux saisir les raisons pour lesquelles la Direction de la Propreté et de l’Eau affiche un taux d’absentéisme record au sein des directions parisiennes. De plus, l’intégration des agents du Centre d’Action pour la Propreté de Paris au sein de la nouvelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection doit être expertisée, notamment quant à l’évolution de la verbalisation des incivilités.

La question des moyens financiers mobilisés pour cette mission de premier ordre doit également être analysée. La réforme de la taxe de balayage intervenue en 2010 s’est traduite par des augmentations de fiscalité vertigineuse pour certaines copropriétés sans que le service ne s’en trouve amélioré.

La MIE devra s’attacher à examiner les modalités d’une meilleure répartition des rôles entre les échelons centraux et locaux. Il faut dépasser une codécision qui n’a jamais fonctionné pour envisager une décentralisation totale de la propreté, en confiant notamment aux maires d’arrondissement un pouvoir de direction sur les personnels ainsi qu’un budget spécifique.

La propreté est un enjeu central de la politique municipale. L’état des rues nourrit le sentiment d’insécurité et participe de la perte d’attractivité touristique de la capitale.

Nous vous prions de recevoir, madame la Maire, l’expression de notre considération distinguée.

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET