Restez informés

Nos propositions à la suite du 13 novembre

26 novembre 2015

© Mairie de Paris / Henri Garat

Devant l’atrocité des attentats commis le 13 novembre, les Parisiens exigent des pouvoirs publics une réaction à la mesure du choc ressenti. La Maire de Paris et le Préfet de police disposent des moyens humains, techniques et financiers pour renforcer à bref délai la sécurité des Parisiens.

Notre groupe renouvelle donc les propositions déjà formulées au cours de l’année 2015 et, pour faire face au nouveau contexte terroriste, propose de nouvelles pistes d’action :

  • la création d’une police municipale armée réunissant les agents de la Ville de Paris chargés d’une mission de sécurité et les agents de surveillance de Paris, aujourd’hui placés sous l’autorité du Préfet de Police. Déployée sur l’espace public, elle soulagera la Police nationale accaparée par les missions Vigipirate ;
  • l’équipement immédiat de l’ensemble des agents ayant une mission de sécurité, notamment ceux de la DPP, de gilets pare balle
  • le renforcement de la vidéo-protection par l’inscription dès le budget 2016 des sommes nécessaires pour répondre aux besoins urgents exprimés par la Préfecture de Police (le plan complémentaire adopté en septembre 2015 ne prévoit que 165 caméras supplémentaires quand les services de la Préfecture avaient identifié 240 emplacements indispensables), vidéo-protéger tous les sites sensibles (scolaires, religieux, sportifs, culturels) et mettre fin aux zones blanches du système actuel;
  • la possibilité pour les forces de l’ordre d’utiliser en temps réel les images enregistrées par les systèmes de vidéosurveillance intérieurs des équipements municipaux.
  • la sécurisation de l’accès de l’ensemble des établissements d’accueil de la petite enfance, y compris ceux gérés par les associations subventionnées par la Ville ;
  • l’installation de dispositifs de sécurité (visiophones, alarme anti-intrusion, clôture) dans l’ensemble des établissements scolaires parisiens (663 écoles et 115 collèges) sur demande des chefs d’établissement, à l’image de ce que la Région a fait depuis les attentats de janvier ;
  • la réaffirmation des directeurs d’école comme seuls et uniques chefs d’établissement. Les responsables éducatifs ville (REV) mis en place lors de la réforme des rythmes éducatifs font doublon (ils ont responsables aux heures du périscolaire, tandis que les directeurs sont responsables aux heures scolaires)  ;
  • la mobilisation des chefs d’établissements du premier et deuxième degré pour identifier les mesures de sécurisation nécessaires de leur établissement et la garantie que leurs demandes soient traitées et financées sans délai ;
  • la dotation exceptionnelle de l’AP-HP afin qu’elle puisse financer rapidement un programme d’acquisition de matériel médical pour faire face à la variété des menaces terroristes;
  • en ce qui concerne les lieux culturels et sportifs, favoriser l’installation de portiques et de double fouillage selon des méthodes de profilage, et proposer des formations aux personnels de ces salles pour accroître la vigilance citoyenne sur la base du volontariat

Ces propositions devront être traduites dans le budget 2016 adopté d’ici quelques semaines. La contribution de la Ville de Paris au budget de la Préfecture de Police sera nécessairement revue à la hausse après la baisse intervenue en 2015 et celle initialement programmée pour 2016. Il s’agira notamment de financer les besoins de la Brigade des Sapeurs Pompiers pour faire face aux nouvelles formes de menaces.

Dans un cadre budgétaire contraint, notre groupe propose d’utiliser les ressources affectées au budget participatif pour financer ce train de mesures. Cela permettra de consacrer 75 M€ en année pleine à la seule préoccupation des Parisiens aujourd’hui : leur sécurité.

Le courrier de Nathalie Kosciusko-Morizet à la maire de Paris suite aux attentats