Restez informés

Point sur les zones touristiques internationales (ZTI)

6 octobre 2015

© Roxanne Neveu / Mairie de Paris

Le bras de fer continue entre la Maire de Paris et Emmanuel Macron. Alors qu’Anne Hidalgo devait donner un avis au Ministre au sujet du projet de délimitation des zones touristiques internationales (pour le 15 septembre), la Maire a maintenu une attitude « braquée », n’a pas fait part d’un avis, et a continué d’écarter toute concertation avec les maires d’arrondissement (aucune réunion n’a eu lieu) .

Pourtant dès le 31 juillet, Emmanuel Macron avait sollicité Anne Hidalgo, qui n’ a pas jugé utile dans un premier temps de communiquer ces éléments d’information aux maires d’arrondissement, et lui a répondu par un courrier (4 septembre) cinglant , aux termes inappropriés pour un sujet traitant de l’attractivité de Paris avec à la clé la création de 8000 emplois, refusant « le fantasme d’une ville entièrement dédiée au consumérisme » !

Anne Hidalgo, dans une posture toute politique, annonce également dans ce courrier son intention de déposer une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) pour contester le fait qu’à Paris, c’est le Préfet qui accorde les « dimanches du maire », cette prérogative datant de … 1934.
On notera en revanche, à l’inverse, que le ministre a tenu à rencontrer les maires d’arrondissement au cas par cas, pour connaitre leur avis et recueillir le cas échéant des demandes complémentaires, qui ont été satisfaites pour la plupart.
Le décret définissant les critères d’une ZTI et les arrêtés précisant la délimitation des 12 zones parisiennes ont été publiés à la fin du mois dernier. La prochaine étape est celle de la des négociations avec les syndicats , soit par enseigne, soit par branche , dans un délai de un à trois mois.