Restez informés

Pourquoi la réforme des Caisses des écoles est une mauvaise idée

10 octobre 2016

Dans son projet de réforme, Anne Hidalgo, la Maire de Paris, fixe un objectif de 50% d’alimentation durable (Bio + Pêche durable + Label Rouge) d’ici à 2020 et ne s’engage pas sur les approvisionnements en filière courte.
Or, aujourd’hui, beaucoup de Caisses des écoles fournissent un service de restauration qualitativement supérieur sur ces deux points (plus de 50% de BIO et durable et approvisionnement exclusivement ou privilégié en filières courtes).

En outre, il est incontestable que l’échelon le plus approprié pour faciliter le développement des approvisionnements auprès des petits producteurs et éleveurs est l’arrondissement. Ces derniers ne seront bien évidemment pas en mesure de répondre aux appels d’offres de « l’usine à gaz » que projette de créer la Mairie.

Avec la réforme d’Anne Hidalgo,

  • Les Caisses des écoles sont dessaisies de la mission de restauration scolaire. Elles se concentreront désormais sur leurs missions éducatives et sociales (séjours de vacances, livres, jouets, subventions aux scolaires).
  • Un établissement public central et plusieurs « structures déconcentrées » (17 ou 10 secteurs – répartition encore à l’étude) reprennent cette mission.

Les Maires d’arrondissements aujourd’hui garant de la qualité de la nourriture dans les cantines,

  • n’assureront plus le fonctionnement du service de restauration scolaire,
  • ne conclura plus les marchés de fournitures de denrées alimentaires pour la restauration scolaire,
  • n’administrera plus le personnel lié à la restauration scolaire.

Retrouvez l’intégralité de la note sur la réforme des cantines scolaires en cliquant sur le lien ci-dessous.

Document à télécharger