Restez informés

Dernières actus

Vélib’ : nouvelle victime de la course aux recettes de Mme HIDALGO

« 2017 sera l’année du vélo » nous promettait la Maire de Paris lors de ses vœux. À mi-mandat, la politique municipale en faveur du vélo est quasiment à l’arrêt.

L’indispensable développement du réseau de pistes cyclables est au point mort. Les aménagements prévus au plan vélo 2015 n’ont été réalisés qu’à hauteur de 4 % à mi-parcours. Une nouvelle fois, la communication abondante de la Ville de Paris se situe à l’exact opposé des actions menées. Paris figure en queue de peloton des villes cyclistes, largement devancée par des métropoles comme Strasbourg ou Bordeaux.

Au terme d’un processus laborieux, Vélib’ changera d’exploitant en fin d’année. Tous les Parisiens, même ceux qui ne sont pas abonnés à Vélib’, s’en rendront compte. Les quelque 1.000 stations intra-muros vont en effet être démontées et remplacées par de nouvelles stations, moins intégrées d’ailleurs à l’espace public. Pendant près de 6 mois, toutes les rues de la capitale ou presque subiront donc des travaux.

L’attribution du nouveau marché s’est déroulée sans que le Conseil de Paris en soit saisi. C’est désormais un syndicat regroupant Paris et les communes de l’agglomération parisienne qui pilote le système de vélos en libre-service. Aucun membre de l’opposition municipale ne siège dans cette instance ni dans la commission d’appel d’offres.

Les 300.000 abonnés doivent s’attendre à une augmentation massive des tarifs. L’abonnement devrait grimper de 35 % au 1er janvier prochain, passant de 29 € à 39 €. Le prix de la demi-heure de location supplémentaire sera doublé ! Autant de freins au développement de la pratique du vélo à Paris.

Vélib’ est jusqu’aujourd’hui un succès indéniable. Augmenter aussi significativement les tarifs, c’est mettre en péril un modèle économique déjà fragile. Les leçons d’Autolib’ ne semblent pas avoir été tirées : l’augmentation régulière des tarifs ne suffit pas à équilibrer le service. Au final, le risque est grand de voir les communes appelées à combler le déficit, comme c’est déjà le cas pour Autolib’ avec 119 M€ de pertes à éponger d’ici 2023.

Nathalie Kosciusko-Morizet

Présidente du groupe les Républicains

Dans les médias