Restez informés

Caisse des écoles du 12e arrondissement : la lumière se fait enfin sur une gestion lamentable

15 septembre 2014

On découvre avec stupéfaction que depuis 2006, aucun achat n’était effectué selon la procédure des marchés publics, que « la caisse n’a pu éviter la cessation de paiements que grâce à des subventions exceptionnelles de la Ville » représentant plusieurs centaines de millions d’euros, et que M. Hazan a même été fait chevalier de la Légion d’honneur juste après les élections municipales de 2014 : sans doute pour le remercier de son implication aux côtés d’Anne Hidalgo pendant la campagne municipale ?

L’article du Point (http://www.lepoint.fr/politique/paris-la-gestion-catastrophique-des-cantines-scolaires-du-12e-15-09-2014-1863352_20.php) révèle des faits graves allant de l’ampleur des errements de gestion de M. Hazan au silence coupable de la Mairie de Paris, qui, pendant plus de 8 ans, s’est renvoyée la balle de service en service. Après un rapport édifiant de l’inspection générale en 2006, la ville s’est empressée d’attendre 7 ans pour demander une nouvelle mission d’audit, qui a elle-même entraînée une nouvelle saisine de l’inspection générale. A combien s’élève le coût de ces multiples renvois pour les Parisiens ?

Les refus successifs de Mme Blumenthal, ancienne maire du 12e arrondissement, d’ouvrir le comité de gestion de la caisse des écoles aux élus de l’opposition, ou encore la fin de non-reçevoir de Mme Baratti-Elbaz, nouvelle maire de l’arrondissement, de communiquer le rapport de l’Inspection générale sonnent désormais comme des aveux. Pour l’exécutif socialiste, la transparence est plus facile à mettre en scène qu’à mettre en oeuvre.

Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Montandon, et l’ensemble des élus du groupe UMP au Conseil de Paris font part de leur plus vive indignation à la lecture de ces faits et demandent solennellement la communication de l’ensemble des rapports d’inspection et d’audit relatifs à la gestion calamiteuse de la caisse des écoles du 12e arrondissement. Anne Hidalgo doit par ailleurs s’expliquer au plus vite sur les raisons pour lesquelles la justice n’a pas été saisie par la Mairie de Paris dès la constatation des éléments qui étaient reprochés à M. Hazan. A force de trop vouloir cacher la poussière sous le tapis, on finit par se prendre les pieds dedans.