Restez informés

Campement de migrants de stalingrad : Une intervention trop tardive

5 novembre 2016

Après avoir laissé la situation se détériorer depuis plusieurs mois, alors que nous ne cessions de les alerter sur l’urgence d’agir et notamment d’agir autrement que par une politique au coup par coup, le Gouvernement et la Maire de Paris se sont résolus à évacuer une nouvelle fois les 3.800 migrants du campement situé aux abords du métro Stalingrad hier.

Depuis le 26 juillet, ce sont près de 8.000 personnes qui ont été évacués du même site, à chaque fois au terme de plusieurs semaines d’inaction de la Maire de Paris, laissant femmes et enfants dans des conditions de salubrité indignes de Paris. Les riverains des 10e, 18e et 19e arrondissements subissent également depuis de trop longs mois l’inaction de la Maire de Paris.

Combien d’autres évacuations seront nécessaires pour que la Maire de Paris et le Gouvernement assument enfin leurs responsabilités?

Acculée par un afflux toujours plus important de migrants, la Maire de Paris rejette la responsabilité sur l’Etat alors qu’elle a largement contribué à cette situation avec la complicité du Gouvernement. L’annonce à grand renfort de médias puis le retard dans l’ouverture du camp humanitaire conjugué au démantèlement improvisé de la «jungle » produisent les effets tant redoutés et annoncés par les élus les Républicains depuis plusieurs mois.

À l’avenir, les élus républicains rappellent le nécessaire équilibre à maintenir entre humanité, efficacité et fermeté, et exigent que chacun assume désormais ses responsabilités afin d’éviter de reproduire de telles situations. La Maire de Paris doit veiller à l’évacuation systématique de toutes les installations de migrants dès l’installation d’un embryon de campement, sans attendre qu’ils soient plusieurs milliers. Les élus Républicains exigent par ailleurs a minima d’être informés des lieux d’accueil qui seront ouverts pour les mises à l’abri. L’Etat de son côté doit reconduire à la frontière tous les migrants qui ne relèvent pas du droit d’asile. C’est de cette seule façon que Paris et la France pourront honorer notre tradition de terre d’accueil des réfugiés fuyant la guerre.

Contact Presse
Justine Ducharne / Marianne Ferrand
01.42.76.88.18