Restez informés

Hausse des tarifs des cantines scolaires : Anne Hidalgo prise en flagrant délit

19 février 2015

Nathalie Kosciusko-Morizet et l’ensemble des élus du Groupe UMP se félicitent de l’injonction donnée par le Préfet de la Région Ile-de-France à la Maire de Paris de modifier ses délibérations sur les augmentations des tarifs des cantines scolaires.

En décembre dernier, l’ensemble des élus du Groupe UMP s’était mobilisé pour dénoncer dans les Conseils d’arrondissement et au Conseil de Paris l’illégalité du nouveau barème des tarifs des cantines scolaires que souhaitait mettre en place Anne Hidalgo. En créant deux nouvelles tranches qui concernaient 30% des familles parisiennes, la ville voulait faire payer aux parents les repas de leurs enfants plus cher que ce qu’ils ne lui coûtaient. La Mairie cherchait donc, au risque d’être hors la loi, à faire des bénéfices sur le dos des familles parisiennes !

Face à cette injustice et au refus de l’exécutif de tenir compte du droit, Nathalie Kosciusko-Morizet, Présidente du Groupe UMP au Conseil de Paris a saisi le Préfet de la Région Ile-de-France afin qu’il contrôle la légalité des délibérations votées par la gauche parisienne.

Dans sa réponse, le Préfet Jean Daubigny affirme que « les délibérations incriminées ne sont pas conformes aux dispositions réglementaires » et qu’il « demande à la Maire de Paris, au titre du contrôle de légalité, de modifier les délibérations. »

C’est un revers pour la Maire de Paris qui avait préféré mépriser les mises en garde, nombreuses et répétées des élus du Groupe UMP.

Alors que Florence Berthout, Maire du Vème arrondissement dénonçait cette illégalité dans un amendement en Conseil de Paris, Alexandra Cordebard, Adjointe chargée des affaires scolaires lui avait répondu « cet amendement méconnaît tous les contours et le sens des dispositions du Code de l’éducation ». Cela laisse désormais perplexe sur les compétences de l’équipe municipale.

Au regard de la décision du Préfet, Nathalie Kosciusko-Morizet et l’ensemble des élus du Groupe UMP appellent Anne Hidalgo et son exécutif à faire preuve de davantage de rigueur et surtout, s’il fallait le rappeler, à appliquer la loi, où à la relire.