Restez informés

Pendant que Paris croule sous les ordures et les poubelles pleines, Mme Hidalgo triture et magouille avec arrière-pensées électorales

8 octobre 2015


Désintox – Interview d’Anne Hidalgo au Figaro

Pendant que Paris croule sous les ordures et les poubelles pleines, Mme Hidalgo triture et magouille avec arrière-pensées électorales

Dans son interview de ce jour au Figaro, Anne Hidalgo prétend que « la réorganisation des arrondissements centraux s’impose, pour répondre aux exigences de représentation posées par le Conseil constitutionnel ».

C’est FAUX, les conditions de représentation des arrondissements centraux ont déjà été modifiées en 2013 pour répondre à la demande du Conseil constitutionnel.

En effet, en 2013, ce dernier a censuré l’ancienne répartition des Conseillers de Paris (le « tableau »), qui prévoyait que chaque arrondissement serait représenté au moins par trois sièges au Conseil de Paris, quelle que soit sa population, au motif que « dans les 1er, 2ème et 4ème arrondissements, le rapport du nombre des conseillers de Paris à la population de l’arrondissement s’écarte de la moyenne constatée à Paris dans une mesure qui est manifestement disproportionnée », puisque ces arrondissements sont les moins peuplés de Paris.

Pour tenir compte de la décision du Conseil constitutionnel, un nouveau tableau de répartition des Conseillers de Paris a donc été voté, notamment par le parti socialiste, réduisant le nombre de représentants des petits arrondissements centraux : ainsi, le 1er arrondissement passe de 3 à 1 représentant, le 2ème de 3 à 2, et le 4ème de 3 à 2. Soulignons au passage que les plus gros arrondissements, détenus par la gauche, ont également gagné des représentants, confortant ainsi la position de la majorité socialiste. Curieusement, la Maire de Paris ne propose aujourd’hui aucune évolution de ces grands arrondissements.

Par conséquent, si Anne Hidalgo entend aujourd’hui modifier à nouveau la répartition des Conseillers de Paris pour les arrondissements centraux, la raison n’est certainement pas à chercher du côté du Conseil constitutionnel, mais plutôt de son intérêt électoral, puisqu’une fusion des arrondissements centraux pourrait faire perdre à la droite plusieurs sièges au Conseil de Paris et pourrait donner à la gauche une avance certaine pour les prochaines élections. Mais ce n’est sans doute qu’une coïncidence.

Retrouvez ici la décision du Conseil constitutionnel
Retrouvez ici le nouveau tableau de répartition des Conseillers de Paris