Restez informés

« Politiques interculturelles » : La ville de Paris s’engage vers le communautarisme

4 avril 2017

Taxer

La Mission d’Information et d’Evaluation sur l’interculturalité demandée par les verts il y a six mois touche à sa fin.

A travers les préconisations de sa majorité rose, rouge, verte, la ville de Paris s’engage à marche forcée vers le communautarisme.

Conscients des désaccords dans la majorité même entre les deux gauches « irréconciliables », la gauche communautariste et la gauche républicaine, et face au danger que peut représenter une éventuelle rupture de notre pacte commun, les élus du groupe LR au Conseil de Paris avaient demandé à ce qu’un préambule au rapport de la MIE précise :

  • De circonscrire le champ de la MIE à une interculturalité positive, ouverte, centrée sur la culture ou encore les arts et pas à une interculturalité sociétale, englobante et qui viendrait contrecarrer notre unité ;
  • Que les grands principes de notre république une et indivisible soient rappelés.

Malheureusement cette demande du groupe LR a été rejetée. En cas d’adoption du rapport, la Ville de Paris pourra donc à l’avenir sur la base de ce document justifier des subventions ou des aides ciblées en fonction des origines des demandeurs comme c’est écrit dans ses préconisations.


Préambule
De nombreuses disciplines comme la sociologie, l’éducation ou encore la philosophie étudient les phénomènes résultant de la rencontre de plusieurs cultures, ou « relations interculturelles ».
Etudier l’interculturalité à Paris, c’est d’abord dissocier deux acceptions de la culture : la culture DE Paris et le fait qu’il existe des cultures présentes A Paris. Et ainsi, interroger le second item (important pour une capitale comme Paris) dans cette MIE.Pour éviter toute méprise, il nous semble donc essentiel de rappeler une chose simple quant à ce qui n’est pas interrogé par cette MIE : chaque pays, chaque peuple, mais aussi chaque ville, organisation ou être humain modèle, se crée et possède une culture différente. Au prétexte noble de vouloir faire dialoguer les cultures à Paris, nous ne devons pas oublier deux horizons indépassables :D’abord, la collectivité totale, unie et culturelle qu’est Paris. Quel que soit l’arrondissement, le quartier, Paris est Paris et chaque parisien doit sentir une appartenance à Paris d’où qu’il vienne, où qu’il habite. Les politiques culturelles, sociales doivent s’adresser à tous et non pas à des segmentations de parisiens par culture d’origine (ce qui exclurait des politiques publiques de nombreuses personnes…)Ensuite, les individus, chacun libre de s’émanciper, de se sentir appartenir à une ou plusieurs cultures étrangères en plus de la culture française et d’enrichir la culture parisienne de leurs cultures individuelles.Au travers de ces considérations, c’est donc bien une vision d’un socle commun qui est privilégiée, socle qui naturellement évolue dans le temps grâce aux apports de cultures étrangères, mais sans qu’à aucun moment ne soit privilégié le conflit ou la séparation des uns avec les autres dans les politiques publiques.

Contact Presse
Justine Ducharne / Marianne Ferrand
01.42.76.88.18