Restez informés

Renoncer à l’ouverture des commerces le dimanche, c’est pénaliser les Parisiens, les touristes, l’emploi et la croissance !

4 décembre 2014

La dernière réunion de la « mission d’information et d’évaluation » consacrée au travail dominical et nocturne à Paris s’est soldée par un constat de désaccord entre les différents membres de cette mission, sans même que l’occasion nous ait été donnée de débattre.

Dans l’unique but de sauver l’apparence d’unité de la majorité municipale, les groupes socialiste, écologiste et communiste ont dressé un réquisitoire archaïque contre l’ouverture des commerces le dimanche à Paris, ville la plus touristique du monde. Ils refusent même toute idée d’ouverture des Grands magasins du boulevard Haussmann. Ils font ainsi le choix irresponsable de renoncer à des milliers d’emplois.

Alors que le chômage atteint des sommets que la croissance est atone, cette décision, si elle était confirmée par le Conseil de Paris, serait lourde de conséquences sur le plan économique et social et plus généralement pour l’attractivité de Paris.

Pour notre part, nous continuerons à défendre la solution que nous proposons dans le rapport qui sera publié cet après-midi. Nous souhaitons donner, moyennant contreparties aux salariés et sur la base du volontariat, à tous les commerces parisiens la liberté d’ouvrir le dimanche. Dans le même temps, nous proposons des mesures de soutien renforcé pour les petits commerçants parisiens.

C’est la solution la plus simple, la plus juste et la plus efficace. Elle permettrait :

  • de créer des milliers d’emplois
  • de faire face à la concurrence croissante du e-commerce
  • de générer des revenus supplémentaires pour la Ville (via la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE))
  • de répondre à l’attente des Parisiens qui la souhaitent massivement
  • de mettre fin à la complexité et l’incohérence du système actuel
  • de mettre Paris au diapason des grandes métropoles mondiales

Les élus des groupes UMP et UDI-Modem déplorent le fait que pour la Maire de Paris, « oser Paris » se résume à la dernière phrase de la proposition du groupe socialiste : « c’est ce statu quo parfaitement satisfaisant que nous souhaitons pérenniser ».

{Jean-Baptiste de Froment (rapporteur, UMP), Anne Tachene (UDI Modem), Florence Berthout (UMP), Geoffroy Boulard (UMP), Valérie Montandon (UMP), Alexandre Vesperini (UMP) }