Restez informés

Un vrai débat
 pour une grande réforme du statut de Paris



22 septembre 2015

Le Monde dévoile dans ses colonnes que la Maire de Paris, dans une note confidentielle adressée au Président de la République et au Premier ministre souhaite réorganiser les pouvoirs dans la Capitale.

Nathalie Kosciusko-Morizet et l’ensemble des élus Républicains au Conseil de Paris confirment l’intérêt d’une réforme institutionnelle qui gommerait les archaïsmes administratifs du statut de la capitale, et les pertes d’efficacité et de transparence qu’ils entraînent. Ils regrettent toutefois l’opacité de la démarche de Madame Hidalgo et appellent à un vrai débat sur le sujet, tant à l’échelle parisienne que métropolitaine.

Au premier rang des réformes à mener, figure l’élection au suffrage universel direct du Maire de Paris. C’est la mère des réformes. La capitale est aujourd’hui la seule commune en France avec Lyon et Marseille dont le Maire peut être élu sans avoir obtenu une majorité de voix sur son nom comme cela a encore été le cas en 2014. C’est une anomalie démocratique et une injustice faite aux Parisiens, qui sont privés du choix direct de leur édile.

Les élus marquent également leur incompréhension à l’égard de la position de Madame Hidalgo qui, tout en demandant plus de pouvoirs, s’obstine à ne pas demander la levée du verrou administratif qui interdit la création d’une police municipale, pourtant indispensable. Là aussi, c’est une injustice faite aux Parisiens, qui ne peuvent bénéficier d’une police municipale comme il en existe pourtant dans toutes les grandes villes.

Quant à la réforme de la carte des arrondissements, elle ne pourrait être envisagée qu’après une consultation des Parisiennes et des Parisiens sous forme d’un référendum local. Ce serait là encore une injustice s’ils n’étaient pas consultés.

La refonte du système parisien doit intégrer ces deux impératifs : l’impératif démocratique avec l’élection du maire au Suffrage universel direct, et l’impératif de sécurité avec la possibilité de disposer d’une police municipale. Par ailleurs elle doit être menée en concertation avec les groupes politiques du Conseil de Paris et en prenant en compte le nouveau contexte métropolitain. Une telle rénovation des institutions doit être préservée de tout intérêt politicien.