Restez informés

Voie sur berges : la méthode Coué

29 juin 2017

2048x1536-fit_mairie-paris-prevoie-rendre-berges-rive-droite-seine-interdite-voitures

Le Préfet de Police vient de rendre ses conclusions au terme de la période d’observation : Non seulement la fermeture de la voie sur berges rive droite a aggravé la congestion de la circulation à Paris et en banlieue, mais elle n’a surtout eu en contrepartie aucun des effets positifs qui étaient censés la justifier; en particulier, elle n’a fait que déplacer la pollution et augmenter le bruit subi par les riverains des quais.

Une nouvelle fois, cette évaluation confirme les craintes soulevées par les élus du groupe LR depuis de longs mois. Si la pollution baisse sur une voie qui n’est plus circulée, elle se reporte auprès des habitations, aggravant l’exposition des habitants aux substances cancérigènes. Le doublement de la pression sonore sur les bâtiments des quais hauts, notamment la nuit, produit également des conséquences sanitaires néfastes. Il est d’ailleurs probable que ces effets négatifs soient sous-estimés dans la mesure où nous ne disposons pas de situation de référence objective. En effet, la Maire de Paris n’a pas souhaité implanter des capteurs de bruit et de pollution avant la fermeture du site.

Ainsi, si l’agrément qu’il procure aux usagers de ce « parc de seine » est indéniable, le projet produit un résultat inverse à son objectif premier de réduction de la pollution pour un très grand nombre de Parisiens.

Mais pour le préfet de police, ce n’est pas grave, il a choisi son camp : ménager la Maire de Paris au détriment d’un bilan objectif des avantages et inconvénients du projet, et au final de la santé des Parisiens. Les élus LR s’indignent de cette mise en danger délibérée de la santé des Parisiens et appellent à un réel débat au conseil de Paris sur les conséquences de cette fermeture.