Restez informés
vue=default

Les hausses d’impôts et les taxes

© Sophie Robichon / Mairie de Paris

Durant sa campagne, Anne Hidalgo n’a cessé de promettre de ne pas augmenter les impôts. Pourtant, depuis son élection, la Maire de Paris :

  • a préparé une explosion des droits de stationnement, qui devrait être effective dès le 1er janvier 2015 (cf. ci-dessous) ;
  • a décidé d’augmenter le coût des différents services publics parisiens : cantines scolaires, conservatoires, équipements sportifs, …
  • s’est déclarée favorable au doublement des amendes de stationnement ;
  • prévoit d’augmenter de 20 % les frais de fourrière ;
  • a fait créer par le Gouvernement une taxe d’habitation sur les résidences secondaires ;
  • soutient activement, auprès du Gouvernement comme du Parlement, une multiplication par 5 de la taxe de séjour ;
  • a créé une taxe sur les friches commerciales.

L’exemple des tarifs de stationnement

Dans le cadre de l’adoption du budget 2015, la Maire de Paris a introduit une délibération qui met les automobilistes à contribution de manière brutale. A la recherche de 400 M€, l’exécutif traduit la « modernisation » par un quasi-doublement de tous les tarifs, applicable dès le 1er janvier 2015 :

  • le stationnement sera désormais payant jusque 20h contre 19h aujourd’hui, toutes les places seront désormais payantes le samedi et au mois d’août ;
  • la tarification sera organisée en deux zones tarifaires : 4 € l’heure du 1er au 11ème arrondissement, contre 2,40 à 3,60 € aujourd’hui, soit une hausse de 67 % pour certaines voies ; 2,40 € de l’heure du 12ème au 20ème, contre 1,20 à 2,40 € aujourd’hui, soit une augmentation de 100 % pour la plupart des voies ;
  • le stationnement résidentiel sera fortement mis à contribution : au total, un Parisien ou un commerçant déboursera 513 € par an pour son stationnement résidentiel contre 169 € aujourd’hui : soit + 200 % (+ 344 €).

Paris épinglée pour le dérapage de la taxe foncière (+ 68 % entre 2008 et 2013)

L’Union Nationale de la Propriété Immobilière a publié en octobre 2014 les résultats de son observatoire des taxes foncières pour la période 2008-2013.

Il apparaît qu’en dépit des promesses de Bertrand Delanoë d’une hausse « modérée » de la fiscalité sous la dernière mandature, la taxe foncière a connu une explosion de 68,23 % à Paris entre 2008 et 2013.