Restez informés

Intervention d’Agnès Evren sur la préemption d’un immeuble 8 rue Auguste Chabrières (15e) – Septembre 2015

1 octobre 2015

Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Une fois de plus, cette délibération illustre parfaitement les paradoxes de votre politique de logement qui est aux antipodes d’une réelle mixité sociale dans les quartiers.

Oui, une fois de plus, ce projet met en lumière le décalage entre votre vision idéologique de la mixité sociale et le principe de réalité tel que les riverains le vivent au quotidien.

Une fois de plus, cette préemption rue Auguste Chabrières n’a fait l’objet d’aucune concertation et le maire d’arrondissement, Philippe GOUJON, n’a nullement été associé en amont de la décision.

Le comble du paradoxe est de prétendre faire de la mixité sociale fine, alors qu’à proximité immédiate de la rue Auguste Chabrières, de l’autre côté de la rue Desnouettes, nous avons déjà un programme important de logements sociaux qui va sortir de terre en deux phases, je le rappelle : rénovation d’abord des ateliers du métro Vaugirard, puis construction de plus de 400 logements au-dessus.

Ce tableau serait incomplet si je ne parlais pas des programmes en cours de réalisation dans ce même secteur : 130 logements sociaux RIVP livrés l’année dernière rue de la Croix-Nivert, le 43 bis, rue Desnouettes livré il y a trois ans, la Résidence du Hameau située tout à côté et on nous annonce ce matin, par la voie de Mme KOMITÈS, une cinquantaine de logements sociaux en lisière – j’ai bien dit « en lisière » – du square Clos Feuquières. J’ai bien entendu ce que vous avez dit ce matin.

Bien sûr, le 15e arrondissement compte 9 000 demandeurs de logements sociaux et personne, Monsieur BROSSAT, ne conteste ici l’importance de produire de nouveaux logements. Avec Philippe GOUJON, d’ailleurs, nous avons voté la majorité des programmes de logements sociaux.

Que dire maintenant du coût élevé de ce projet ? Cet immeuble comprend 31 logements dont seulement 2 sont actuellement vacants. La Ville de Paris va donc dépenser 5 millions d’euros pour seulement 2 logements libres. Quelle gabegie quand on sait que le contribuable parisien va payer deux fois. Il paie cher pour le logement en question et Il paie cher pour un logement qu’il n’a pas demandé.

J’ajoute que sur les trois ensembles qui ont été préemptés dans le 15e arrondissement depuis le début de l’année, le coût total dépensé s’élève à 15,7 millions d’euros sans compter les travaux pour seulement 6 logements libres.
Bravo les socialistes !

A l’avenir, nous pensons qu’il serait indispensable de créer un plus grand nombre de logements en faveur des familles de classes moyennes pour favoriser une réelle mixité sociale. Sur ce point crucial, des paroles, vous en avez beaucoup entendu, mais des actes, nous les attendons.

Je ne doute pas, Monsieur BROSSAT, que vous ayez entendu, lors de la réunion publique organisée par Philippe GOUJON sur le PLH, les inquiétudes des riverains concernés par ces préemptions. Vous avez d’ailleurs – et je vous en félicite – fait un pas, à la faveur d’un vœu de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE qui demandait l’association des maires d’arrondissement en vue d’un travail plus collaboratif.

Vous avez, en effet, été à l’écoute ; mais alors, pourquoi niez-vous ce constat d’évidence qui s’est imposé à tous ? les habitants qui ont le sentiment qu’on déséquilibre leur quartier au hasard des terrains libres, avec une seule obsession : la politique du chiffre.

L’ignorance crée l’inquiétude. Le fait accompli rend votre politique irresponsable. Si vous additionnez l’inquiétude au sectarisme, il est rare que vous obteniez un climat constructif.

Pour toutes ces raisons, Les Républicains voteront contre cette délibération.

Je vous remercie.