Restez informés

Intervention de Brigitte Kuster sur l’attribution du nom « La Rose Blanche » à un nouveau collège du 17e

24 mai 2016

Madame la Maire,

Il nous est demandé par cette délibération d’attribuer la dénomination Rose Blanche à un nouveau collège du 17e arrondissement situé 34 rue Georges Picquart sur les nouveaux terrains de la Z.A.C. de Clichy-Batignolles. Il y a eu en effet une concertation pour trouver une dénomination qui ait du sens, à laquelle la Mairie du 17e a bien sûr pris toute sa part. Rose Blanche, c’est en référence au réseau de Résistance contre le nazisme, fondé par Hans et Sophie Scholl dont le nom sera affiché par ailleurs sur une plaque qui a finalement été retenue.

L’objectif est d’honorer la mémoire de l’ensemble du réseau dont de nombreux membres ont été assassinés, d’honorer également une jeunesse courageuse face à la barbarie, une jeunesse qui a su se battre face à l’adversité.

J’ajoute que cette dénomination de ce collège s’accorde parfaitement avec l’adresse même de cet établissement : rue Georges Picquart. En effet, cette rue, que nous venons d’inaugurer, en présence d’ailleurs du ministre de la Défense en novembre dernier, symbolise là aussi la Résistance, la Résistance qu’elle soit celle d’un officier, Georges Picquart, face à l’injustice de l’affaire Dreyfus, ou d’un groupe, Rose Blanche, face à la folie criminelle nazie. Cela mérite en effet l’hommage que notre Conseil lui accorde aujourd’hui et je vous en remercie.

Permettez-moi par ailleurs, concernant ce collège, de profiter de cette délibération pour attirer l’attention de l’Exécutif et de la Préfecture de police sur les problèmes de sécurisation que nous rencontrons à  son entrée, notamment dans le contexte sécuritaire actuel. J’ai été amenée à relayer à de nombreuses reprises auprès de la Préfecture, du commissariat et de la Direction de la voirie, la nécessité d’installer un dispositif de sécurité, malheureusement à ce jour sans suite, la Direction de la voirie me renvoyant à la Préfecture, etc.

Il s’agit d’une perte de temps assez inacceptable dans le contexte que nous connaissons et je veux me faire ici la porte-parole du principal du collège et des parents d’élèves. Aucun motif en effet ne devrait retarder plus longtemps la prise en compte de cet impératif et je profite de la présence du Représentant de la Préfecture et de vous-même, Monsieur le Maire, pour faire en sorte que l’intervention que nous avons souhaitée soit entendue.

Je vous remercie.