Restez informés

Intervention de Christian Honoré sur l’attribution des logements sociaux – Septembre 2015

30 septembre 2015

Le mode opératoire d’attribution des logements sociaux ne répond pas à l’exigence de clarté attendue par les Parisiens.

J’ai dit à plusieurs reprises au conseil d’arrondissement du 18e et au conseil de Paris que ma présence à la commission d’attribution de la Ville des logements sociaux présidée par l’adjoint à la maire de Paris Ian BROSSAT ne valait ni caution ni validation d’un procédé que je conteste.

Je conteste la réalité de cet anonymat qui n’est qu’un anonymat de façade.

À plusieurs reprises je me suis exprimé sur ce sujet lors des réunions de la commission d’attribution. Si j’interviens aujourd’hui publiquement c’est parce que je suis agacé de l’argument sans cesse avancé de l’anonymat comme preuve inégalée d’un système vertueux incontestable.

Continuer à me taire serait cautionner un système que je conteste, ne pas participer à la commission serait abandonner mes responsabilités d’élu.

L’anonymat est nécessaire, dire qu’on le fait est bien mais le proclamer et ne pas le faire est le signe d’un réel cynisme.
Lorsqu’un tour de magie est bien élaboré, il peut il y avoir tous les spectateurs que l’on veut c’est toujours un tour de passe-passe.
Je m’interroge sur ce qui se passe avant la réunion de cette commission hebdomadaire.

Il s’agit d’un anonymat de façade qui répond plus aux nécessités de la communication politique qu’à la réalité.

En effet, les documents remis aux membres de cette commission comprennent des indications très précises :
– Le N° de dossier du demandeur
– Son adresse exacte, avec l’étage
– La composition de la famille, le nombre de personnes qui occupent le logement, sa surface et le montant du loyer.
– Son emploi et le nom de son employeur, le salaire perçu.

Lorsque l’employeur est une personnalité très connue, un établissement ayant pignon sur rue, un bailleur ou un parti politique, l’anonymat tourne à la caricature.

En outre se pose un principe d’éthique.

L’adjoint à la maire de Paris chargé du logement, élu du 18e arrondissement, préside la commission d’attribution tous les vendredis matin. Tous les vendredis après-midi il tient une permanence à la mairie du 18e arrondissement pour y accueillir des habitants qui dans leur très grande majorité sont demandeurs de logement.
Ils communiquent leur nom, leur numéro de dossier, leur adresse exacte, la composition de la famille, le nombre de personnes qui occupent le logement, sa surface, le montant du loyer, leur emploi et le nom de leur employeur, le salaire perçu.

En outre, il « accueille », selon les termes de sa communication, dans leur résidence les nouveaux habitants des logements sociaux attribués.
Sans forcer le trait il s’agit de la mise en place d’un dispositif bien organisé, d’un système qui peut poser question.

Il s’agit d’un problème d’éthique qu’il convenait de souligner et que pour ma part je condamne.