Restez informés

Intervention de Geoffroy Boulard sur la grève dans les équipements sportifs de la Ville – Mars 2015

19 mars 2015

Madame la Maire,

Voilà plus d’un an que de nombreux équipements sportifs municipaux sont fermés le dimanche en raison d’un mouvement de grève des agents de la DJS.
Je ne reviendrai pas sur leurs revendications, d’une part parce que ce sujet est abordé par d’autres voeux déposés par le groupe communiste et Front de gauche et par Danielle Simonnet, et d’autre part, parce que nous souhaitons aborder ce problème du point de vue des sportifs.

Ce sont eux en effet, qui sont aujourd’hui pénalisés, et qui ne peuvent pratiquer leur activité sportive sereinement et oserais-je dire librement.

Qu’il s’agisse de loisir ou de compétition, d’individuels ou d’associations, la situation n’est plus tolérable.

Ce n’est pas faute de vous avoir interpelée à maintes reprises sur le sujet : un voeu en Juin 2014, une question d’actualité en Juillet 2014, un autre voeu en septembre.

A chacune de ces occasions, vous avez choisi de nous répondre par le mépris. Je ne reprendrais pas tous les verbatim des réponses de vos Adjoints (Sports et RH), ils sont développés dans le voeu, mais franchement si un conflit social ne se règle pas à « coups de baguette magique ni de déclaration incantatoire » mais « avec un dialogue social » comme nous l’expliquait Jean-François Martins, nous nous interrogeons sérieusement sur la qualité de ce dialogue social.

Nous nous interrogeons d’autant plus qu’après un an de grève, les agents ont décidé de durcir leur mouvement et veulent étendre la grève aux samedis.

Fort heureusement, vous avez tout récemment pris le parti des parisiens, « otages » de cette malheureuse grève. Nous nous en félicitons.

Nous vous demandons donc désormais quelles mesures vous allez mettre en place pour enfin assurer la continuité du service public et permettre l’ouverture des tous les équipements qui doivent l’être le dimanche, et désormais aussi le samedi. Quelles sont les avancées concrètes que vous évoquez?

Nous vous demandons enfin de prendre l’attache des associations sportives parisiennes, qui ont évidemment subi des pertes, notamment financières à cause de ce mouvement social.
A ce propos, je ne peux pas me satisfaire, et je suis sûr que vous le comprendrez aisément, qu’on nous réponde simplement que les associations sportives n’ont pas payé de redevances d’occupation quand les établissements étaient fermés. Il me semble que c’est bien normal!
Ceci dit, vous ne pouvez pas ignorer que cette grève a forcément un impact sur leur fonctionnement, à commencer par des pertes financières, liées aux pertes d’adhérents, las ne pas pouvoir faire de sport depuis plus d’un an.