Restez informés

Intervention de Jean-François Legaret sur le Conseil Parisien de la Jeunesse – Septembre 2014

13 février 2015

Madame le Maire,

Chers collègues,

Cette réforme du Conseil parisien de la jeunesse arrive, si vous me permettez l’expression, comme un cheveu sur la soupe.

Nous nous attendions à une réforme des équipements dédiés à la jeunesse, annoncée dans la feuille de route de la Maire de Paris à son adjointe en charge de ces dossiers.

Nous avons évoqué ce sujet hier, par la voix de mon collègue, Jean-Baptiste de Froment.

Nous nous interrogeons aujourd’hui sur l’opportunité de cette réforme du CPJ, parce que selon nous, la réforme utile, la réforme urgente, c’était celle des équipements.

Au lieu de cela, vous nous proposez une n-ième modification du fonctionnement du CPJ.

Soyons clair : il ne s’agit absolument pas de remettre en question le CPJ, les jeunes conseillers ou leur travail, que nous trouvons plus qu’intéressant, Jean-Baptiste Menguy l’a dit tout à l’heure.

Ces jeunes gens sont dynamiques, volontaires et nous ne pouvons que les féliciter pour leur engagement et leur implication !

Mais, enfin ! (pour reprendre un gimmick de Ian Brossat)

Soyons sérieux, pour toute modification du fonctionnement du CPJ, vous proposez en premier lieu d’étendre l’âge limite à 30 ans, au motif, selon vous, que la dégradation du marché immobilier repousse l’âge de l’autonomie des jeunes parisiens.

D’abord, posez-vous la question : qui est responsable de cette dégradation du marché immobilier à Paris ?? On en déduit que plutôt que de réfléchir à des solutions pour le logement des jeunes, et éviter qu’ils ne subissent la dégradation du marché immobilier, vous leur proposez de siéger au Conseil de Paris de la jeunesse. Vous parlez d’une consolation franchement !

Ensuite, vous nous dites que le CPJ est supposé éveiller les jeunes à la citoyenneté. Ne croyez-vous pas que vous sous-estimez gravement la jeunesse parisienne ? Nous, nous croyons que les jeunes parisiens, âgés de 25 à 30 ans, et même plus jeunes encore, ont dépassé la phase de l’éveil à la citoyenneté…

Enfin, sur cette question d’âge, nous nous interrogeons sur la mixité que vous allez créer entre les jeunes conseillers : de 15 à 30 ans, les intérêts et les problématiques ne sont évidemment pas les mêmes. Cela ne risque-t-il pas de nuire aux travaux du CPJ ??

En second lieu, vous souhaitez augmenter le nombre de jeunes conseillers de 80 à 100. Soit !

Mais il semblerait qu’il y ait déjà un problème d’assiduité, soulevé lors de la précédente réforme en 2012, et qui a justifié qu’on étende la possibilité de siéger au CPJ aux jeunes qui étudient, travaillent ou exercent une activité sociale régulière à Paris, et non plus seulement aux jeunes résidant à Paris.

Vous ne craignez pas les contradictions apparemment….

Enfin, vous nous demandez de voter sur une réforme qui n’est pas achevée, puisque vous mentionnez une charte du fonctionnement du CPJ qui « viendra préciser les modalités pratiques de son organisation ».

Dans le même sens, on ignore les modalités précises du tirage au sort des jeunes conseillers ou les modalités de saisine du CPJ sur les projets de délibération.

Pour toutes ces incertitudes et incohérences, vous l’aurez compris, nous ne voterons pas cette nouvelle modification du fonctionnement du CPJ.

Je vous remercie.