Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet relatif à la condamnation du mouvement de boycott contre le pays d’Israël – Février 2016

16 février 2016

« Vous présentez ce vœu après avoir rejeté notre vœu de septembre. Nous avions alors été surpris et choqués, lorsque vous avez déclaré dans cet hémicycle et avec une véhémence incroyable que notre vœu était « inutile » et que vous en étiez « atterré ». 

Nous n’avons pas renoncé en dépit de votre violence. Et il y a deux semaines nous avons avons à nouveau présenté ces voeux en conseils d’arrondissements. Et je salue Jérôme Coumet qui a été le premier d’entre vous à assumer ce choix de condamner le mouvement BDS.

Notre groupe présente logiquement une nouvelle fois en conseil de Paris un vœu pour condamner BDS. Ce sera le 12ème en tout ! Et pour la première fois votre exécutif en présente un. 

Eh bien tant mieux! Nous nous ne sommes pas sectaires, vos inconséquences et vos ambiguïtés ne nous ont pas découragés, elles ne nous ferons pas renoncer à nos combats. Nous espérons seulement que votre revirement est sincère. Aussi nous voterons votre vœu à condition que nous rajoutions les considérants que je vous ai fait passer avant la séance et qui font mention des dépôts de nos vœux précédents, ce qui est bien la moindre des choses.

Sur le fond, je voudrais insister sur quelques points. Le mouvement BDS prend de l’ampleur et nous inquiète. Pas à Tel Aviv. Pas à Jérusalem. Pas à Ramallah. Non. A paris. Il nous inquiète pour les Parisiens. On a tenté d’interdire, de censurer des artistes qui se produisent à l’Opéra. C’est grave et cela devrait être inimaginable dans notre pays. Des mairies d’arrondissement ou des établissements culturels de la ville de Paris ont accueilli, avec avec la caution d’élus de l’exécutif, des manifestations proches de BDS. Délivrer une parole de haine contre un peuple est terrible et doit être condamné. Organiser des prises de parole en Conseil d’arrondissement – comme ça a été le cas dans le 14ème – pour qualifier mon groupe d’élu de « mandataires d’Israël », est difficilement tolérable également.

Loin de vouloir entrer sur le terrain de la politique étrangère et du conflit israélo-palestiniens comme certains sur les bancs de cette assemblée, nous voulons simplement dire avec vous qu’il n’y a pas de place à Paris pour ce genre de dérives sectaires et haineuses. »