Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet sur la grève dans les équipements sportifs depuis février 2014 – Avril 2015

15 avril 2015

(Seul le prononcé fait foi)

Madame la Maire,

Une fois de plus, notre assemblée est amenée à évoquer la grève dans les équipements sportifs, qui dure depuis plus d’un an maintenant.

D’abord fermés le dimanche, puis le samedi, et maintenant le mercredi… le conflit social ne cesse de se durcir et nous n’en voyons pas l’issue.

Ce n’est pas faute pourtant de vous avoir alertée.

Mais à chaque fois, vous avez refusé de nous prendre au sérieux et avez répondu par le mépris.

Nous avons ici entendu qu’un conflit social ne se réglait pas « à coups de baguette magique ni de déclaration incantatoire » mais grâce à « un dialogue social » que vous disiez exercer.

Il nous a également été rétorqué qu’il fallait regarder ce mouvement avec « lucidité », considérant que la grève ne concernait que peu d’agents et peu d’équipements.

Le mois dernier, vous relativisiez encore cette grève en nous expliquant qu’il fallait en « mesurer le caractère minoritaire chez les agents comme pour le nombre d’équipements fermés ».

Les mesures que vous prenez aujourd’hui, radicales, certains diront brutales, sont pour le moins tardives, d’autant plus que lorsque nous vous les proposions, il y a quelques mois, vous répondiez qu’interdire une grève ne faisait pas partie de « votre conception du dialogue social ».

Grosso modo, quand c’est nous qui vous demandons des mesures, c’est anti-social, quand c’est vous, c’est la continuité du service public.

Mais franchement, que de temps perdu!

J’en viens aux usagers, individuels ou associations, loisirs ou compétition : quand pourront-ils enfin faire du sport tranquillement, sereinement?

Concernant les associations, certaines connaissent de graves difficultés depuis un an.

Vous n’avez même pas daigné répondre le mois dernier. Aujourd’hui, nous vous demandons à nouveau d’étudier leur situation car elles participent à l’offre sportive municipale.

Oui, Monsieur MARTINS, comme vous l’avez dit en commission la semaine dernière, les associations ne sont pas le « Club Med Gym ». Nous sommes parfaitement d’accord avec votre constat. Et c’est justement pour cela qu’il faut étudier les possibilités de compenser les pertes qu’elles ont assurément subies à cause de cette grève qui s’éternise.