Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet sur la tour Triangle – Juin 2015

30 juin 2015

Madame la Maire, Mes chers collègues,

« Depuis l’origine, l’énergie de la précédente municipalité est tout entière tournée vers la vente de droits à construire pour les bureaux ». La phrase est de Bertrand Delanoë en 1998, mais nous pourrions la reprendre à notre compte.

En novembre dernier, nous votions contre une tour composée exclusivement de bureaux en blanc ; aujourd’hui, on voudrait nous faire voter sur un projet qui ressemble à s’y méprendre à la première version, et alors même que le tribunal administratif de Paris n’a pas encore rendu son jugement sur la validité du scrutin de novembre dernier.

Je rappelle en effet que le groupe socialiste poursuit la Mairie de Paris devant la justice administrative afin de faire annuler le rejet par notre assemblée du premier projet de Tour Triangle. Madame la Maire, après le revers que vous avez essuyé lors de ce scrutin, vous avez affirmé que la loi n’avait pas été respectée pour justifier la saisine du tribunal administratif. J’observe que vous n’êtes visiblement pas si attachée que cela à la légalité, sinon vous attendriez que le tribunal administratif ait rendu son jugement avant de nous proposer une nouvelle délibération.

Mais visiblement, vous n’êtes pas à une contradiction près quand il s’agit de défendre les intérêts d’Unibail.

En effet, au-delà de l’opportunité de construire ou non une nouvelle tour de bureaux, au-delà des débats simplistes qui voudraient faire croire que s’opposer à une tour c’est s’opposer à toutes les tours, que s’opposer à ce projet de bureaux c’est s’opposer à l’attractivité de Paris, nous constatons que vous n’avez tenu aucun compte de nos mises en garde répétées sur le montage financier de cette opération.

Vous auriez pourtant pu profiter du temps qui vous a été laissé par le rejet du premier projet pour améliorer la copie, mais vous persistez dans une voie notoirement défavorable aux intérêts financiers et de la ville de Paris et des Parisiens.

Vous avez d’abord choisi de mener une discussion de gré à gré avec Unibail, alors qu’une mise en concurrence aurait permis d’obtenir des conditions plus favorables. Vous n’avez pas non plus voulu faire appel à des cabinets d’audit extérieurs pour que la Mairie de Paris se fasse épauler dans les négociations. Vous n’avez pas non plus organisé de concours d’architecture, ce qui aurait été bienvenu lorsqu’on sait que la seule construction d’Herzog et de Meuron dans la capitale, rue des Suisses dans le 14ème arrondissement, est appelée « la prison »par les habitants.

Le résultat, c’est qu’on est plus proche de la tour de Pise, tellement cette tour penche à la faveur d’Unibail et au détriment de la ville de Paris. Jugez par vous-mêmes selon le protocole d’accord annexé à la délibération :

  • Unibail pourra se retirer « à son seul choix » jusqu’au 31 octobre 2021. Pendant ce temps, la ville de Paris sera suspendue à son bon vouloir.
  • Si avant cette date Unibail décide de se lancer, elle pourra quand même décaler la signature du bail à construction jusqu’au 31 octobre 2021… sans frais d’option pendant un an et pour seulement 500 000 euros ensuite.
  • Une fois la tour construite – si jamais elle vient à l’être – on pourrait penser que la ville serait libre de revendre le terrain d’assiette comme le font certains promoteurs. Même pas ! Unibail bénéficie d’une clause d’achat préférentiel entre la 3ème et la 12ème année. Au bout de la 12ème année, l’équipe municipale a même accepté que la SCI Tour Triangle, c’est-à-dire Unibail, ait un droit de préférence systématique sur tout acquéreur potentiel. Autrement dit, si jamais le maire de Paris de l’époque parvient à vendre ce terrain à un bon prix à quelqu’un d’autre qu’Unibail, il méritera sa statue en or massif sur la place de l’hôtel de ville.
  • J’allais oublier la redevance d’occupation. À ce prix-là, on devrait plutôt parler de générosité publique : la redevance initiale de 8 millions d’euros ne sera exigible qu’à la date de livraison ! En français, cela signifie que si d’ici 2025 l’affaire ne paraît pas suffisamment rentable à Unibail, rien ne sera versé. Quant à la redevance forfaitaire, France Domaine recommandait 2,6 millions d’euros, mais vous avez tenu à faire une nouvelle réduction à Unibail et l’avez baissée à 2 millions d’euros. Sans doute par philanthropie.
  • Il y a enfin le choix du bail à construction, complètement aberrant sur un plan économique, comme le montrera Jean-François Legaret.

Bref, vous vous apprêtez à faire un cadeau à Unibail que ne justifie ni la raison, ni la morale. On se demande bien où sont passées les convictions des communistes et de la gauche sociale quand on voit les efforts que vous déployez pour satisfaire le grand capital.

Mais ce faisant, vous trahissez l’intérêt de Paris et des Parisiens.

Pour notre part, nous resterons fidèles à nos engagements de campagne, et nous respecterons électeurs qui ont voté pour nous, en votant contre ce projet. Et afin que chacun prenne publiquement ses responsabilités, nous demanderons que le vote se déroule à scrutin public.

Je vous remercie.