Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet sur les attentats du 13 novembre – Novembre 2015

16 novembre 2015

Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre
Allocution de Nathalie Kosciusko-Morizet

(Seul le prononcé fait foi)

Madame la Maire,  Monsieur le Préfet, mes chers collègues,

Pour la deuxième fois en moins d’un an, notre cœur saigne.
Les mots manquent pour qualifier notre douleur dans une situation aussi bouleversante.

Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles, et à celles et ceux qui luttent encore pour la vie. La Nation entière est à leurs côtés en cette épreuve terrible. Chacun de nous aujourd’hui porte une cicatrice, chacun de nous sait qu’il aurait pu figurer ou avoir un proche sur la liste des disparus ou des blessés.

Nos pensées vont aux forces de l’ordre, aux personnels médicaux, aux secours, à tous ceux qui ont surmonté leur fatigue ou leur peur, pour se porter au secours des victimes. Nous leurs devons beaucoup. Nous leurs devons plus et nous reparlerons des moyens de les accompagner dans leurs missions.

Nos pensées vont aux témoins de l’horreur. Témoins directs et indirects. Frappés d’une autre manière. Les blessures de l’âme, aussi, peuvent être profondes.

En cette période de deuil et d’émotion, je ne dirai qu’une chose : nous n’avons pas peur.

En janvier dernier, c’est à la liberté de la presse  que s’en prenaient les terroristes ; vendredi, c’est notre jeunesse, notre liberté de vivre comme nous l’entendons, qu’ils ont voulu faner.

Hier comme aujourd’hui, nous ne faiblirons pas. Nous ne cèderons rien de nos principes ni de nos valeurs : Liberté, Egalité, Fraternité.

Changer notre mode de vie, avoir peur, sortir moins, se sentir bridés dans notre liberté, ce serait donner raison au terrorisme, montrer que l’obscurantisme peut ternir les Lumières.

Alors la meilleure manière de résister, c’est de continuer à vivre, de ne pas se laisser intimider. Jamais. Chacune des attaques qui nous ciblent renforce notre attachement à la France.

Chaque Parisien en témoignait hier à sa manière. Dans les rues du 10ème arrondissement, sur les lieux des attentats, où l’on déposait fleurs et bougies dans un silence presque religieux. Sur les réseaux sociaux où l’on retwittait encore les photos de possibles victimes, d’un ami, un frère, une cousine qu’on recherchait. Sur le parvis de Notre-Dame, où l’on se pressait pour assister à une cérémonie qui débordait de la cathédrale, avant pour certains d’entre nous de rejoindre la synagogue de la victoire.

Le terrorisme ne pourra pas venir à bout de notre unité et de notre envie de continuer vivre ensemble dans les valeurs de notre République.

Nous construirons ensemble, nous le souhaitons profondément, les politiques de sécurité que les Parisiens exigent et dont l’évidence s’impose désormais à tous.

Notre Nation est incommensurablement plus forte que la meute de chiens enragés qui l’a prise pour cible, Paris en est le symbole éternel et saura résister.

Rappelons-nous ces vers d’Aragon en 1944 :

Rien n’a l’éclat de Paris dans la poudre
Rien n’est si pur que son front d’insurgé
Rien n’est ni fort ni le feu ni la foudre
Que mon Paris défiant les dangers
Rien n’est si beau que ce Paris que j’ai

Vive Paris. Vive la République. Vive la France.