Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet sur l’expérimentation d’une portion de voie réservée aux taxis, aux bus et au covoiturage sur l’A1 et l’A10 – Juin 2014

13 février 2015

Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET. – Merci.

C’est une proposition que nous avions nous-mêmes portée pendant les élections et, surtout, que j’avais eu l’occasion d’explorer et de promouvoir comme ministre.

Quelques éléments sur les bilans des expériences passées qui sont particulièrement illustratifs, je trouve, pour nous mobiliser sur ces projets.

Il y en a eu deux, une sur l’A1 et une sur l’A10.

Sur l’A1, c’était une voie le matin seulement, entre 2009 et 2010, une voie réservée aux taxis qui permettait de gagner 11 minutes, c’est-à-dire 5 euros d’économie pour l’usager et, surtout, qui était l’équivalent de 600 nouvelles licences de taxis pour Paris compte tendu de l’encombrement.

Malheureusement, cette expérimentation n’a pas été reconduite, elle a été interrompue à cause des travaux du tunnel du Landy et elle n’a pas été reconduite à l’issue des travaux.

Sur l’A10, c’était la mise en place d’une expérimentation sur la bande d’arrêt d’urgence, une expérimentation qui a été pérennisée et qui amène aujourd’hui 20.000 passagers mensuels à utiliser la bande d’arrêt d’urgence pour rejoindre le R.E.R. à Massy.

Nous sommes très favorables au lancement de ces expérimentations avec deux remarques concernant la partie périphérique dont je vois par ailleurs qu’elle est très sévèrement amendée – et l’intérêt s’en trouve fortement diminué – par l’Exécutif, mais, néanmoins, deux remarques.

D’abord, il faut se mettre d’accord sur ce que l’on entend par covoiturage. Aux Etats-Unis, ils prennent un nombre de deux et ils l’ont fait après expérimentation, donc est-ce que ce sera trois ou est-ce que ce sera deux ? Le seuil de deux personnes nous semble plutôt plus réaliste, au moins dans un premier temps, que le seuil de trois, au moins pour le lancement.

Deuxième chose, sur le périphérique, si la voie est réalisée sur la file de gauche, on a des problématiques d’effet de cisaillement qui sont l’une des choses assez dangereuses sur le périphérique et il faudra réfléchir au bon moyen de voir les véhicules se rabattre, rentrer et sortir de la « carpool lane » pour laquelle il faudra trouver un nom qui convienne mieux aux partisans de la francophonie que nous sommes tous.