Restez informés

Intervention de Philippe Goujon sur les casinos – Septembre 2015

30 septembre 2015

Il y a 4 mois, le Conseil de Paris adoptait à l’unanimité un vœu demandant un débat sur l’ouverture d’établissements de jeux à Paris.

Depuis, nous avons appris par voie de presse – quel mépris des élus parisiens – que le Ministre de l’Intérieur, à la suite du rapport du Préfet DUPORT, allait permettre d’ouvrir à Paris, en remplacement des anciens cercles de jeux, des clubs ayant le statut de société commerciale, placés sous la régulation directe de l’Etat, privant ainsi la Ville de Paris de tout droit de regard et, par conséquent, de tout débat en cette assemblée, sur ces structures qui sont en réalité des casinos, tels qu’ils existaient avant la loi de 1987 et l’arrivée des machines à sous !

Alors que les cercles de jeux parisiens ont été emportés dans la tourmente judiciaire depuis 2008 et que les liens entre les jeux d’argent et le crime organisé sont avérés (rapport BAUER 2008), il est incompréhensible que le Ministre de l’Intérieur introduise une telle faille de sécurité qui attirera le grand banditisme et la grande délinquance (financement du crime, blanchiment d’argent sale, prostitution, usure, stupéfiants), sans compter les risques accrus d’addiction au jeu qui touchent de nombreux parisiens.

Nous n’avons pas entendu jusqu’à présent la Maire de Paris s’indigner de cette décision unilatérale, sauf  pour négocier avec le Gouvernement le régime fiscal de ces futurs établissements ?

Une dizaine de millions d’euros de recette par an  valent-ils de livrer Paris à la dépendance dûe aux jeux et aux risques criminels et de blanchiment d’argent sale dans le sillage des établissements de jeux.

Nous vous le redisons avec force : fermer ces cercles : oui ; ouvrir des casinos ou des avatars de casinos : non.

Une nouvelle fois, nous vous demandons de réaffirmer au Ministre de l’Intérieur l’hostilité de notre Conseil à l’implantation d’établissements de jeux dans la capitale, de demander au Préfet de Police et au Ministre de renforcer les contrôles de ces activités, et de nous indiquer quand aura lieu le débat en Conseil de Paris que vous vous devez d’organiser, à la suite du vœu de mai dernier adopté à l’unanimité.