Restez informés

Intervention de Pierre Lellouche sur les attentats – Novembre 2015

25 novembre 2015

Merci beaucoup, Madame la Maire.

Une tradition très ancienne fait que, contrairement à d’autres villes de notre pays et d’autres villes du monde, le Maire de Paris n’est pas en charge de la sécurité des Parisiens, ce qui devrait pourtant être la première responsabilité, est laissée à l’État et exclusivement à l’État.

L’avènement du terrorisme de masse, le 11 septembre 2001, il y a déjà quinze ans, puis ce que nous avons connu dans plusieurs villes ont ouvert le débat sur cette question. Moi-même, j’avais essayé à l’époque, face à Bertrand DELANOË, d’indiquer que ce terrorisme de masse posait des problèmes majeurs pour l’organisation de la police et de la sécurité en France. Je vous renvoie à un échange avec Christophe CARESCHE notamment, dans les différents articles de presse en septembre 2005, il y a dix ans. Puis il y a eu les 7 et 9 janvier, puis il y a eu le 13 novembre avec la catastrophe que nous venons de vivre.

Je partage totalement l’analyse du Premier Ministre quant à la longueur et la dureté de cette guerre. Aucunes des conditions au Proche-Orient sont réunies pour que cette guerre s’arrête à vision humaine rapidement. Nous avons, comme chacun le sait, des problèmes majeurs de radicalisation d’une minorité de notre jeunesse ici même, ce qui conduit de jeunes Français à tuer de façon terrible d’autres jeunes Français.

Les problèmes sont devant nous.

La question, Madame la Maire, se pose à mes yeux à nouveau sur l’organisation de la police dans la durée. Si cette guerre va durer, vous avez la responsabilité, comme l’a dit tout à l’heure Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, d’essayer de repenser l’organisation de la sécurité des Parisiens.

Est-il absolument raisonnable de faire comme avant, c’est-à-dire de confier la totalité de ce dossier à la Préfecture de police, avec tout respect que je dois au Préfet et au Ministre de l’Intérieur ? Ou est-ce que le Maire de Paris ne doit pas jouer un rôle central dans l’organisation de la sécurité des Parisiens ? Après tout, c’est le Maire de Paris, c’est vous, Madame HIDALGO, qui vivez au plus proche de la réalité des Parisiens.

Je souhaiterais, puisque vous avez voulu ouvrir un débat, je crois utile, sur le statut de Paris, qu’une partie de ce débat soit consacré à la sécurité des Parisiens. C’est pour cela que nous avons souhaité ce débat ce matin. Mais je souhaiterais que vous le prolongiez au moins dans quatre directions

Quid de notre police municipale ? Est-ce que oui ou non, on est d’accord pour l’armer, pour en faire un acteur majeur de la protection des Parisiens et au plus près des Parisiens ? C’est d’ailleurs dans la pratique ce qu’essaie de faire le Préfet, en s’appuyant sur les commissaires d’arrondissement.

Quid de la pérennité des renforts ? Je pense notamment aux renforts de l’armée. N’est-t-il pas pensable d’organiser une sorte de réserve parisienne ?

Quid du renseignement à Paris ? Le maire de New York s’est doté, depuis le 11 septembre, d’une force de renseignement considérable, distincte de celle du Gouvernement et qui fonctionne en fait mieux.

Je constate que le nombre de vidéos à Paris est cinquante fois moindre qu’à Londres. Dans mon quartier, en bas des Champs-Élysées, c’est Marcel CAMPION qui va mettre en place 200 caméras vidéo pour les événements de cette fin d’année.

Enfin, sur la cellule de crise, je crois qu’il serait bon de l’ouvrir non seulement aux maires, mais à tous ceux qui traitent de la sécurité à Paris, et que vous en preniez la tête.

Dernière suggestion, il faudrait que la commission chargée de la sécurité soit réactivée. Dans le temps, la Commission de sécurité, c’était la Commission de sécurité. Aujourd’hui, elle est noyée dans plein d’autres sujets dans le cadre de la 3e Commission.

Pardon d’avoir été plus long, mais je vous remercie de votre attention.