Restez informés

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet sur les rythmes scolaires – Mai 2014

28 janvier 2015

Vœu du groupe UMP relatif au bilan de l’aménagement des rythmes éducatifs (ARE) mis en place à la rentrée 2013

Intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet

(Source : Bulletin municipal officiel)

 

La Municipalité a mis en place de manière précipitée les nouveaux rythmes dès septembre 2013.

Le résultat est là : fatigue des enfants, en particulier dans les plus petites classes ; qualité très inégale des activités ; recrutement problématique des animateurs et mise à mal de l’autorité des enseignants avec de la confusion dans les rôles.

Ces constats, ce sont les nôtres ; ce sont, en fait, ceux de tous les acteurs de l’école. Et avec eux, depuis plusieurs semaines, nous avons travaillé sur des améliorations possibles dans le cadre du décret HAMON.

Une consultation a été engagée auprès des Parisiens sur le site « rythmesscolaires-paris.fr ». Le résultat en sera rendu public prochainement. On y débat autour de quatre formules :

  • la première consiste à regrouper les activités scolaires un après-midi ;
  • la deuxième consiste à sortir plus tôt tous les jours de la semaine, avec un léger raccourcissement des vacances scolaires ;
  • la troisième consiste à commencer la journée plus tard le matin, avec un temps périscolaire entre 8 heures et 9 heures, ce qui supposerait donc que l’école soit ouverte dès 8 heures, les cours débutant à 9 heures ;
  • la dernière formule est une formule mixte, combinant une fin de cours plus tôt le soir, mais sans raccourcissement des vacances scolaires.

Chacune de ces options est différente, chacune a ses avantages et surtout chacune constitue un progrès par rapport à la situation actuelle.

Avec ce vœu, nous proposons à la Municipalité de dépasser l’idéologie et la politique partisane de courte vue qui ont présidé à la mise en place précipitée de la réforme en septembre 2013, en saisissant les opportunités d’assouplissement proposées par le décret HAMON et en prenant enfin en compte l’intérêt de l’enfant. Il s’agit de se préparer très concrètement, dès la rentrée de septembre 2014, à expérimenter dans un certain nombre d’écoles parisiennes des formules adaptées des rythmes qui utilisent les nouvelles possibilités offertes par le décret HAMON.