Restez informés

Question d’actualité de Jean-François Legaret sur le devenir du Théâtre musical de Paris/Châtelet – Mars 2015

17 mars 2015

Madame la Maire, mes chers collègues,

Le Châtelet est en crise ouverte.
Notre prestigieuse institution culturelle, qui rayonne depuis des années au plus haut niveau international est remise en question par la mairie de Paris.

Le 19 février dernier, au début de la séance du conseil d’administration, le président Jérôme Clément présentait sa démission. Sa déclaration fait notamment état de la « dérive croissante de la gestion » ajoutant « les statuts ne sont  pas respectés ». Malgré des courriers et des demandes réitérées, le président n’aurait eu aucune réponse de la maire de Paris et du Premier Adjoint.

Je veux rendre hommage à Jérôme Clément qui avec l’aide de Jean-Luc Choplin a conduit une période particulièrement brillante du Châtelet dans la ligne de ses prédécesseurs, Marcel Landowski, Maurice Ulrich et André Larquié.

Dans ce contexte paraît dans le journal « Le Monde », le 13 février, un article de Michel Guerrin, qui commence en toute lucidité par ces mots : « le climat est bizarre au théâtre du Châtelet ». Puis le journaliste, manifestement bien informé par la mairie de Paris se livre à des attaques médiocres, indignes et même diffamatoires contre Jérôme Clément, qualifié de « Président qui pantoufle » terme particulièrement inadapté pour de telles fonctions.

Pour le reste, que nous dit cet article ?

Que la Ville considère que la subvention annuelle, plafonnée à 17 M€ depuis des années est trop élevée.

Que des travaux sont programmés pour un montant de 26 M€ ;

Qu’un nouveau président aurait été trouvé en la personne de Sébastien Bazin.

Que -plus curieux- la Ville aurait eu l’intention de vendre le Châtelet ou de le louer à un privé pour s’adresser à « un public plus jeune et moins élitiste ». On serait aujourd’hui sur un scénario plus soft de « retrait ». Avec une stratégie à peine dissimulée : On ferme le théâtre pour travaux, puis Jean-Luc Choplin ne sera plus là. « Et l’on verra alors vers où voguera le navire » conclut l’article.

Heureusement que les élus parisiens et les administrateurs du Châtelet ont pour information la lecture de la presse ! Cette situation inédite appelle des questions, madame la Maire :

Des travaux pour un montant de 26 M€, mais pour quoi faire ?
À titre de comparaison, combien ont coûté à la Ville de Paris les travaux de quatre institutions culturelles parisiennes qui ont toutes connu de graves déboires : le 104, la Gaîté Lyrique, la Maison des métallos et la Cité de la Mode et du Design : 226,5 M€ !

Combien coûtent en subventions annuelles de fonctionnement ces quatre mêmes institutions ? 15,1 M€ !

À 17 M. par an, le Châtelet pourrait être subventionné pendant 60 ans pour égaler le coût des travaux de la Canopée des Halles !

Veut-on encore à Paris d’un théâtre public de création ?

Au surplus la fermeture du Châtelet coïnciderait avec celle du Théâtre de la Ville. Comment pourront survivre pendant cette période les commerces riverains, déjà pénalisés depuis 10 ans par la fermeture de la Samaritaine ?

Alors quel avenir pour le Châtelet ? Veut-on lui interdire d’être un lieu de création ? Veut-on le fermer où le vendre ? Veut-on en faire un music-hall banalisé, privatisé, où tout autre chose à condition que ça coûte moins cher ?
Que deviendront les 143 membres du personnel permanent du théâtre ?

Nous avons avec les élus de notre groupe, comme beaucoup de Parisiens, une haute et grande ambition pour le Châtelet.

Quelle est la vôtre ?