Restez informés

Question d’actualité de Jean-Pierre Lecoq sur le recrutement et la gestion des personnels intervenant auprès des enfants – Avril 2015

14 avril 2015

Question d’actualité du Groupe UMP à la Maire de Paris sur le recrutement et la gestion des personnels titulaires et vacataires de la Ville intervenant auprès des enfants parisiens.

Madame la Maire,
Mes Chers Collègues,

Nous sommes à notre grand regret une nouvelle fois amenés à intervenir sur ce sujet qui en raison de la multiplication des affaires tant sur le plan national que parisien justifie nos craintes et donc nos interrogations.

Ce week-end vous le savez un surveillant intervenant dans un collège parisien renommé accueillant de nombreux collégiens issus des 8ème et 17ème arrondissements a été entendu par la police judiciaire. D’après les éléments révélés par la presse, il semblerait qu’une première plainte émanant des parents d’une collégienne ait été classée sans suite faute d’éléments probants produits.

Cet incident pour le moins regrettable démontre les faiblesses existant dans notre droit sans parler des cloisonnements persistants entre les grandes administrations, que sont l’Education nationale et la Justice. La triste affaire du directeur d’école, pédophile de l’Isère ayant montré les failles existant dans la transmission d’informations.

Je vous le dis solennellement je n’ai aucunement la volonté à travers cette question de stigmatiser ou de mettre en cause la probité des milliers de fonctionnaires ou d’animateurs qui sont au service des petits parisiens et des collégiens qu’ils agissent dans le cadre de l’ARE, des centres de loisirs municipaux ou des centres de vacances gérés par la Ville de Paris ou  éventuellement pour ceux qui demeurent gérés par les Caisses des écoles.

En revanche, vous ne pouvez ni vous ni votre adjointe Madame Cordebard, ni Monsieur Grégoire en charge des personnels, tirer un trait sur ces affaires en considérant qu’elles sont marginales.

Certes, des drames comparables ont existé dans le passé tant dans l’enseignement public que privé et ils ont été la plupart du temps cachés causant des traumatismes souvent irréparables pour ceux qui en étaient les victimes.

Aujourd’hui, dans une société où la transparence s’impose chaque jour davantage pourquoi devons nous absolument réagir et nous interroger sur les procédures de recrutement mises en œuvre tant pour nos personnels titulaires que  vacataires à partir du moment où ils sont en relation avec des enfants.

Depuis le début de la mandature Delphine Bürkli, Gypsie Bloch, Jean-Baptiste Menguy et Geoffroy Boulard sont intervenus à l’occasion de délibérations, de vœux ou de questions d’actualité, sur ces graves sujets.

Au mois de février Emmanuel Grégoire a déclaré, je le cite « la Ville travaille avec énormément d’associations. Je trouve là aussi un peu indélicat de jeter la suspicion généralisée sur les associations ».

J’ai répondu tout à l’heure à cette défausse facile mais insupportable pour les parents parisiens dont beaucoup pointent du doigt aujourd’hui les dangers potentiels suscités par l’arrivée dans les huit cents écoles et collèges de la capitale de personnels recrutés souvent rapidement sans en connaître les antécédents psychiques, personnels et judiciaires.

Dès le printemps 2013, j’avais solennellement attiré l’attention de votre prédécesseur Madame la Maire sur les dangers suscités par la mise en rapide de l’ARE dans la capitale.

La prudence, l’intelligence et la complexité des procédures de recrutement auraient dû conduire la municipalité parisienne à venir non pas au secours des soldats Peillon et Hamon aujourd’hui disparus mais à se donner une année de plus pour mettre en œuvre cette réforme rejetée d’ailleurs par la quasi-unanimité des acteurs de la communauté scolaire, comme l’ont fait Lyon, Bordeaux, Lille ou Marseille.

Aussi, Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les membres de l’exécutif, que comptez-vous faire pour améliorer et sécuriser le processus de recrutement de tous ceux qui sont en contact avec les enfants et sur le cas particulier de la personne mise en cause depuis vendredi, pouvez-vous nous confirmer si à un moment où à un autre il a été employé par notre Ville dans un autre établissement scolaire au cours des dernières années ?