Restez informés

Une politique familiale pour tous les Parisiens – Tribune du groupe LR

2 septembre 2015

© Roxanne Neveu / Mairie de Paris

En ce mois de rentrée, nous mesurons le mécontentement des familles qui depuis le 1er septembre se voient appliquer de nouveaux tarifs pour la restauration scolaire et les différentes activités périscolaires et extrascolaires de leurs enfants. En décembre dernier, à l’occasion du vote du budget 2015, la Mairie de Paris a en effet décidé de créer deux nouvelles tranches de revenus et d’augmenter les tarifs correspondants.

En effet, alors que la Maire s’était pendant sa campagne engagée à ne pas augmenter les impôts et avait nié tout projet d’augmentation de tarif, elle était contrainte de renier ses engagements moins de huit mois plus tard afin de combler un trou financier de 400 millions d’euros, dont elle démentait pourtant l’existence.

Sous le fallacieux prétexte de justice sociale, la majorité municipale a ainsi voté de fortes augmentations tarifaires, portant par exemple le prix de la journée en centre de loisirs pendant les vacances à 26,30 euros (+ 100,45%), ou le prix du goûter en maternelle à plus de 6,25 euros.

A ces prix-là, le risque est grand de voir les familles concernées fuir les services municipaux au profit de l’offre privée. Par exemple, à plus de 26 euros l’heure et demi de sport dans le cadre des ateliers bleus, il sera sans doute plus intéressant de se tourner vers un club privé. Dans ce contexte, que devient la mixité sociale, si chère à la gauche !!!

S’agissant plus précisément de la cantine, la Mairie de Paris va ainsi facturer à de nombreuses familles un repas plus cher que ce qu’il n’a réellement coûté. C’est interdit par le code de l’éducation, c’est surtout une forme de racket : les familles concernées n’ont guère le choix et continueront d’y inscrire leurs enfants malgré tout, et la Maire le sait bien. Mon groupe et moi avons vivement dénoncé cette délibération et formé un recours auprès du Tribunal administratif

Ajoutées à l’augmentation des impôts, puisque la Mairie a également relevé le niveau des taxes et redevances, notamment les droits de stationnement depuis le début de l’année, la facture s’alourdit de toutes parts pour les parisiens en ce début de mandature. Et tout porte à croire que la Maire ne va pas s’arrêter là, puisque l’existence d’un nouveau trou de 300 M€, qu’il va à  nouveau falloir combler, a été révélée cet été.

Madame Hidalgo, ça suffit, les Parisiens ne sont pas des vaches à lait !!