Restez informés

Vœu relatif à la gestion de la crue à l’échelon des arrondissements et plus particulièrement dans le 15ème – Juillet 2016

30 juin 2016

Déposé par Philippe GOUJON, Jean-François LAMOUR, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Franck LEFEVRE, Anne-Charlotte BUFFETEAU, Daniel-Georges COURTOIS, et les élus du groupe Les Républicains

Relatif à la gestion de la crue à l’échelon des arrondissements et plus particulièrement dans le 15ème

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal

Deux exercices ont eu lieu depuis le début de cette mandature afin de permettre de réagir au mieux en cas de grande crue. Ces deux exercices avaient déjà pointé les difficultés de communication et d’implication pour la Mairie de Paris avec les arrondissements concernés.

La transmission des informations et les prises de décisions rapides en pareils cas sont essentielles.

On n’a pu constater que cela n’était malheureusement pas le cas lors de l’épisode de crue de début juin.

Si les dysfonctionnements d’appareils de mesure ont eu un impact sur les relevés, informer de ces problématiques le plus rapidement les arrondissements aurait permis une mise en alerte plus précoce, alors même que les mesures étaient sous évaluées.

Les bulletins sur la hauteur de la crue étaient bien moins réguliers que durant les exercices alors même que nous étions en situation réelle.

Par exemple, le premier bulletin du CVO du vendredi 3 juin n’est arrivé sur les messageries qu’à 14h50. Aucun message n’est arrivé dans la matinée, alors même que la décision de fermer complètement l’Ile aux Cygnes était prise à 12h17, du fait de la montée des eaux et des nombreux piétons qui se trouvaient sur l’Ile.

D’ailleurs le site Paris.fr indiquait le samedi 4 juin à 7h45 une fermeture partielle de l’Ile aux Cygnes alors que la fermeture totale a eu lieu le 3 juin. L’information aux parisiens est aussi essentielle et doit être le reflet de la réalité.

Un message du CVO le vendredi 3 juin à 20h48 indique: « La cellule de crise de la Ville restera active toute la nuit de vendredi à samedi, pendant laquelle le pic de la crue devrait être atteint et s’élever à près de 6,50m. »

Or un appel à 21h30 à cette salle de crise restait sans réponse et le CVO indiquait qu’il n’y avait personne en salle de crise, rouverte seulement le samedi matin.

La fermeture partielle du quai de Grenelle pour permettre l’installation d’un système de retenue d’eau nécessitait des moyens importants de la Préfecture de Police car les répercussions sur le trafic étaient très importantes. Un appel à des renforts via la salle de crise ou une coordination avec la Préfecture de Police n’a pas eu d’effet car les premiers effectifs de la DOPC ne sont arrivés qu’après 19h, alors que dès 15 heures l’ordre de monter le barrage était effectif.

De très nombreux badauds continuaient à accéder au plus près de la Seine par les rampes d’accès aux quais, qui n’étaient pas correctement fermées malgré les demandes faites en ce sens. Il en a été de même pour des tunnels piétons d’accès aux quais qui ont nécessité la présence d’effectifs de Police, puis de la DPP alors que ces derniers étaient plus utiles sur d’autres missions.

La demande d’un camion-citerne pour prendre en charge le pompage de la fuite d’hydrocarbure au niveau du quai de Javel, aux établissements Lafarge, n’a pas trouvé d’écho positif auprès de la salle de crise et des autorités préfectorale et de l’Etat.

La gestion de cette crue dans le 15ème s’est surtout faite au niveau du 15ème avec les services locaux, Commissariat du 15ème, STV, Circonscription de la DPP et DGS.

Les exercices ont certainement amélioré le fonctionnement pendant la crise, mais de nombreux dysfonctionnements demeurent et il est impératif de les corriger.

Sur proposition de Philippe GOUJON, Jean-François LAMOUR, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Franck LEFEVRE, Anne-Charlotte BUFFETEAU, Daniel-Georges COURTOIS, et les élus du groupe Les Républicains

  • demande à la Maire de Paris de prendre toutes les mesures pour rectifier ces dysfonctionnements et mieux intégrer les arrondissements dans le dispositif.