Restez informés

Vœu relatif à un plan d’urgence pour le Champ-de-Mars – Mars 2017

23 mars 2017

relatif à un plan d’urgence pour le Champ-de-Mars

rattaché au projet de délibération 2017 DPA 31 Tour Eiffel, Sécurisation du parvis

déposé par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Philippe GOUJON, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Thierry HODENT et les élus du groupe les Républicains

Le Conseil de Paris, réuni en formation de Conseil municipal,

Considérant que le Champ-de-Mars est dans un tel état d’abandon qu’une association d’utilisateurs du site vient de lancer un appel à projets pour redonner au site son éclat ;

Considérant que la végétation, les ornements, les clôtures, les bassins, les allées sont dans un état indigne de ce site emblématique de Paris et que seuls 785 des 1765 arbres recensés sur le site sont en parfait état sanitaire ;

Considérant que le schéma directeur pour le site ne sera finalisé qu’au printemps 2018 ;

Considérant que depuis 10 ans, la Mairie de Paris n’a consacré que 5,5 M€ au site alors que la Tour Eiffel génère chaque année d’importantes redevances (21 M€ en 2016) ;

Considérant que la propreté du site n’est pas assurée, comme en attestent la prolifération de rats et le manque de toilettes publiques pour les 24 millions de visiteurs annuels ;

Considérant que les multiples manifestations qui se tiennent sur le Champ-de-Mars constituent autant d’atteintes au site et à sa végétation sans qu’une remise en état soit opérée à leur issue ;

Considérant que la succession d’évènements prive les Parisiens des usages récréatifs du plus grand espace vert intramuros ;

Considérant que le Mur de la Paix subit un manque d’entretien qui conduit à sa dangerosité et se trouve dépourvu de base juridique ;

Considérant que le périmètre de la nouvelle délégation de service public pour l’exploitation de la Tour Eiffel comprend désormais une partie importante des jardins latéraux permettant également le « développement de nouvelles activités » ;

Considérant que le réaménagement de ces jardins pour y accueillir les entrées et sorties des 7 millions de visiteurs annuels de la Tour Eiffel suscite une forte inquiétude quant aux dégradations sur la végétation et quant à l’inadéquation des accès par les avenues de Suffren et de la Bourdonnais ;

Considérant que ce projet conduit à l’abattage de 35 arbres sur les 377 que compte le périmètre et à une imperméabilisation accrue des allées cavalières, ce qui est contradictoire avec le plan biodiversité et le plan Climat ;

Considérant que la sécurité du Champ-de-Mars est également défaillante, faute de caméras et de patrouilles de la DPSP et de la Police nationale en nombre suffisant ;

Considérant que la lutte contre les vendeurs à la sauvette, les joueurs de bonneteau, les escroqueries à la charité publique et la mendicité agressive n’est pas assurée ;

Considérant que toutes ces défaillances nourrissent le déclin de l’image de Paris auprès des touristes internationaux, notamment asiatiques ;

Sur proposition de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Philippe GOUJON, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Thierry HODENT et des élus du groupe les Républicains, émet le vœu que la Maire de Paris :

  • nomme un conservateur dédié au Champ-de-Mars pour conduire la rénovation du site ;
  • participe activement et financièrement à l’appel à projets lancé au début de ce mois pour redonner au site son éclat ;
  • que le Fonds de Paris soit mobilisé pour la rénovation des ornements et la dépose du Mur de la Paix en vue de sa reconstruction sur un site aussi emblématique en accord avec ses initiateurs ;
  • limite le nombre de manifestations sur le site à quelques événements majeurs chaque année (14 juillet par exemple) compatibles avec la végétation du site (pelouse par exemple) ;
  • assure la propreté du site en apposant des corbeilles fermées et en augmentant le nombre de toilettes publiques ;
  • renforce la sécurité en lien avec le Préfet de Police par une augmentation du nombre de caméras, une lutte résolue contre les ventes à la sauvette, les jeux de bonneteau, la mendicité agressive et les escroqueries à la charité publique.