Restez informés

Voeu relatif à la gestion du Bois de Vincennes – Novembre 2017

16 novembre 2017

 

Voeu relatif à la gestion du Bois de Vincennes

Déposé par Valérie Montandon et les élus du groupe les Républicains

 

Vu le vœu 38 bis adopté en séance du Conseil de Paris du 16, 17 et 18 mars 2015 en réponse au vœu n° 38 déposé par Valérie Montandon relatif à la gestion du bois de Vincennes ;

Vu la charte d’aménagement du bois de Vincennes signée par le Maire de Paris le 26 avril 2003 ;

Vu le plan arboricole 2006-2020 ;

Vu le plan biodiversité voté en conseil de Paris en Novembre 2011, dont la révision est imminente ;

Vu la délibération 2017 DEVE 156 relative à l’aménagement d’une baignade publique dans le lac Daumesnil ;

Considérant que l’engagement d’organiser un débat en séance de la 3e commission sur la gestion et le bilan écologique du bois de Vincennes (vœu 38 bis de l’exécutif susmentionné) n’a pas été tenu à ce jour ;

Considérant que le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) d’Ile-de-France concernant la gestion des bois de Boulogne et de Vincennes met en évidence des études trop lacunaires des dossiers des concessions des bois, en particulier dans l’évaluation et le suivi des travaux annoncés par les titulaires de convention d’occupation du domaine public ;

Considérant que ce même rapport relève que les chartes prévoient la mise en place d’un observatoire des bois destiné à faciliter l’analyse de « l’impact de la gestion sur le milieu naturel pour estimer le degré de satisfaction du public et pour apprécier l’adéquation sociale, économique et environnementale » et que cet observatoire n’a toujours pas été créé ;

Considérant que la CRC affirme que la concertation avec les communes riveraines a été mise en échec en raison de l’absence d’outil d’évaluation des projets et de leur conséquence sur les communes riveraines ;

Considérant que le bois de Vincennes fait l’objet de trop nombreuses atteintes à sa vocation d’espace naturel, de promenade publique et d’espace de loisirs de plein air ;

Considérant que le maintien de la foire du Trône sur la Pelouse de Reuilly est aussi en contradiction avec une politique écologique responsable et volontariste ;

Considérant que la charte d’aménagement du bois de Vincennes signée le 26 avril 2003 comporte une partie intitulée « Développer un mode de management exemplaire » et stipule que « la requalification paysagère des espaces ou se déroule actuellement des manifestations (Pelouse de Reuilly) sera étudiée » et que depuis 2006 le statu quo demeure avec une pelouse de Reuilly laissée en « jachère » ;

Considérant que la ville est certifié ISO 14001 depuis 2010 pour sa gestion environnementale des espaces arborés et que l’élargissement du  système de Management Environnemental ISO 14001 au Système de Management Environnemental et d’Audit (SMEA) est prévu dans le bois de Vincennes ;

Considérant que le projet de baignade naturelle dans le lac Daumesnil sous-estime l’impact écologique de la surfréquentation du site, de l’excavation d’une partie du lac et de la pose d’éléments de structure en béton comme le souligne un rapport de l’Inspection des Sites particulièrement à charge ;

 

Sur proposition de Valérie Montandon et des élus du groupe les Républicains, le Conseil du 12ème arrondissement demande à la Maire de Paris un audit indépendant pour évaluer la conformité de la gestion des bois avec les engagements écologiques de la ville ;

Que les résultats de cet audit soient présentés en Conseil de Paris et que soit organisé un débat sur la gestion du bois de Vincennes en séance du conseil de Paris courant 2018 ;

Que l’observatoire des bois soit créé par la Maire de Paris, en associant également les communes riveraines des Bois.