Restez informés

Voeu relatif à la définition d’une politique d’enseignement musical à Paris – Juillet 2014

13 février 2015

Vœu présenté par Thierry HODENT et les élus du groupe UMP

Relatif à la définition d’une politique d’enseignement musical à Paris

Considérant que la Ville a mis en place une plateforme téléphonique d’inscriptions centralisées aux conservatoires d’arrondissements afin de « proposer une capacité de réponse améliorée » et l’avait décrit comme un « progrès dans sa relation aux citoyens » ;

Considérant que ce « progrès » conduit à d’immenses désordres administratifs et à dégrader les relations humaines des services à la population ;

Considérant que jeudi 12 dernier, 360000 appels ont été passés par des parisiens pour 910 places disponibles dans les conservatoires selon le directeur des affaires culturelles ;

Considérant que la Ville considère qu’il ne s’agit que d’un problème « technique » (réponse de l’exécutif au groupe UMP en Conseil de Paris le 16 juin 2014);

Considérant que si le système de réservations a explosé cette année à cause du mépris de l’exécutif pour les conservatoires municipaux sur les deux mandatures précédentes ;

Considérant que les villes de proche banlieue sont beaucoup mieux loties que Paris proportionnellement en places en conservatoires ;

Considérant que Paris ne puisse pas se satisfaire d’une politique d’enseignement musical faite d’ « initiation » et de « loisir » (paris.fr) accessibles à 19000 Parisiens seulement ;

Considérant que le Premier Adjoint à la Mairie de Paris chargé de la Culture s’est révélé être dans l’incapacité de présenter des preuves tangibles d’efforts réalisés pour améliorer la situation aux questions que nous avons soulevées ;

Thierry Hodent et le groupe UMP émettent le vœu que l’exécutif :

  • Rende public le nombre global de demandes, le nombre de demandes satisfaites, le nombre de personnes en liste d’attente et le nombre de demandes non-satisfaites au niveau de l’arrondissement ;
  • Lance, en concertation avec les mairies d’arrondissements, une réelle politique d’enseignement musical à Paris avec la publication d’une augmentation chiffrée des places en conservatoires ou des conventionnements avec des écoles libres de musique de qualité d’ici la fin de l’année 2014 et ce, pour toute la mandature et par arrondissement, afin que les Parisiens puissent être égaux devant l’accès à un apprentissage exigeant de la musique.