Restez informés

Voeu relatif à la dénomination d’un lieu parisien en hommage à Gabriel Garcia Marquez – Mai 2014

12 février 2015

Déposé par Jérôme DUBUS et les élus du groupe UMP
Relatif à la dénomination d’un lieu parisien en hommage à Gabriel Garcia Marquez

Gabriel García Márquez, né le 6 mars 1927 à Aracataca  (Colombie) et mort le 17 avril 2014  (à 87 ans) à Mexico, est un écrivain colombien.

Romancier, nouvelliste, mais également journaliste et activiste politique, il reçoit en 1982 le prix Nobel de littérature.

Comme le disait un journaliste du Monde au moment de son décès, Gabriel Garcia Marquez a démontré que le long voyage de la périphérie vers le centre, d’Aracataca à Stockholm était possible. Gabriel Garcia Marquez incarne l’histoire d’un parcours individuel exemplaire, le chemin d’un parcours littéraire hors pair qui prouve que le mérite peut toujours être reconnu, d’où que l’on vienne.

Son œuvre se démarque par un imaginaire fertile et constitue une chronique à la fois réaliste, épique et allégorique de l’Amérique latine dans laquelle se recoupent son histoire familiale, ses obsessions et ses souvenirs d’enfance. Son nom est associé au « réalisme magique », courant artistique qui insère des éléments magiques et des motifs surnaturels dans des situations se rattachant à un cadre historique, culturel et géographique avéré.

La presse le compare à François Rabelais pour sa prose truculente ainsi qu’à Miguel de Cervantès et Victor Hugo pour sa dimension monumentale.

Gabriel Garcia Marquez a opéré et réussi une véritable révolution littéraire. Avec les seules armes de la littérature – la langue, le style, le rythme, la forme – il est parvenu à devenir « le contemporain de tous les hommes », selon le mot d’Octavio Paz.

García Márquez débute sa carrière en publiant nombre d’œuvres littéraires bien reçues par la critique, comme des nouvelles et des ouvrages non-fictionnels. Cependant ce sont les romans Cent ans de solitude (1967), Chronique d’une mort annoncée (1981) et L’Amour aux temps du choléra (1985) qui lui apportent la reconnaissance du public, des médias et de ses pairs. Suite à la parution de Cent ans de solitude, considéré comme son chef-d’œuvre, l’auteur connaît un succès commercial planétaire.

Jérôme Dubus, et les élus du groupe UMP émettent le vœu qu’un lieu, une place ou une rue de Paris soit dédié à la mémoire de Gabriel Garcia Marquez.