Restez informés

Vœu relatif à la dissolution des mouvements impliqués dans les troubles à l’ordre public – juin 2016

10 juin 2016

Déposé par Geoffroy BOULARD, Frédéric PECHENARD, Philippe GOUJON, Pierre CHARON, Déborah PAWLIK, Jean-François LAMOUR et les élus du groupe les Républicains

Relatif à la dissolution des mouvements impliqués dans les troubles à l’ordre public

Considérant l’ampleur de troubles à l’ordre public survenus lors des opérations « Nuit debout » place de la République, lors de la dispersion des manifestations contre la loi Travail ou lors des rassemblements non autorisés, le nombre de blessés y compris parmi les forces de l’ordre et le montant des dégradations à l’encontre des biens publics et privés ;

Considérant l’implication de groupuscules extrémistes dans ces débordements tel le Mouvement Inter Luttes Indépendant, qui utilisent de manière systématique la violence et l’appel à la désobéissance à nos lois pour tenter de parvenir à leurs fins en déstabilisant l’Etat de Droit ;

Considérant le danger que représentent ces mouvements pour les personnes et les biens, pour le respect de nos valeurs et pour la Société française de manière plus générale ;

Considérant que l’état de guerre dans lequel se trouve notre pays implique de concentrer l’action des forces de l’ordre sur la traque du péril terroriste, et ne peut ainsi laisser prospérer de telles forces séditieuses ;

Considérant que les forces de l’ordre sont les premières cibles de ces groupuscules, comme l’a montrée l’attaque particulièrement violente du véhicule de police en marge d’un rassemblement pourtant interdit à l’invitation du groupuscule « urgence, notre police assassine » ;

Sur proposition Geoffroy BOULARD,  Frédéric PECHENARD, Philippe GOUJON, Pierre CHARON, Déborah PAWLIK, Jean-François LAMOUR et des élus du groupe les Républicains :

Le Conseil de Paris émet le vœu :

  • Que la Maire de Paris saisisse les autorités de l’Etat compétentes afin de demander la dissolution des groupuscules impliqués dans les violences et les dégradations survenues ces dernières semaines sur l’espace public parisien.