Restez informés

Voeu relatif à la Philharmonie – Septembre 2014

12 février 2015

Présenté par Nathalie Kosciusko-Morizet et les élus du groupe UMP
Relatif à la Philharmonie.

Considérant que ce projet a été conçu et porté par nos familles politiques, sans clivage, jusqu’en juin 2012;

Considérant que la Ville a, à cette date, arrêté de répondre aux interrogations de fond qui se posent sur la Philharmonie et que l’exécutif parisien actuel ne donne aucune vision de ce que doit être une politique musicale à Paris en général (offre de concerts mais aussi enseignements artistiques, parcours éducatifs, mixité des publics…) et sur la Philharmonie en particulier ;

Considérant que la Ville n’a toujours pas donné d’informations sur la renégociation du prêt contracté auprès de la Société générale qui coûte 25 millions d’euros inutiles aux parisiens, contrairement aux engagements pris par Bruno Julliard en Conseil de Paris le 18 décembre 2013: « La suite du financement de la Philharmonie sera bien évidemment soumise à vos voix. » Cette « suite du financement » ayant été découverte par voie de presse en début de mois ;

Considérant que la Ville ne dit mot quant au statut de la Philharmonie qui risque de poser de nombreux problèmes juridiques dans un futur proche ;

Considérant que la Ville et l’État s’étaient mis d’accord depuis des années pour mettre chacun 9 millions d’euros en fonctionnement en année pleine, subventions calculées en fonction du projet et des ambitions artistiques du lieu ; qu’aujourd’hui, la Ville tente de réduire son apport dans le budget de fonctionnement de la Philharmonie à partir de 2015 ;

Considérant le manque d’intérêt chronique de l’exécutif dans ce dossier et le manque de compétences réel qui fait dire à Bruno Julliard «  Il faut ouvrir » la philharmonie « un peu plus aux musiques actuelles et élargir le public pour ne pas avoir une salle élitiste. » et à certains élus socialistes « ils n’ont qu’à trouver des mécènes »  ou bien « ils n’ont qu’à programmer des musiques actuelles qui, elles, sont rentables » ;

Considérant que l’exécutif a déjà fait « interdire » la musique classique à Pleyel et qu’elle veut donc maintenant même réduire sa place à la Philharmonie ;

Considérant que l’exécutif fait courir le risque de rater la préparation de l’inauguration de la Philharmonie et qu’elle donne une mauvaise image du projet en le réduisant à des scandales financiers de maquillage de dette par la Ville de Paris ainsi qu’à une idéologie sectaire et condescendante selon laquelle la musique classique devrait être réservée à une « élite » ;

Considérant que le lancement d’un équipement comme celui-ci se prépare, se désire et se nourrit de la volonté commune de voir s’ouvrir un lieu exigent artistiquement, ambitieux territorialement, et ouvert à tous les publics ;

Considérant qu’une mission ville-état doit être mise en place mais qu’elle ne traitera pas les aspects de politique musicale territoriale délaissant ainsi les aspects culturel et artistique du projet au profit des aspects financiers ;

Nathalie Kosciusko-Morizet et l’ensemble des élus du groupe UMP demandent à la Maire de Paris de mettre en place un groupe de travail rassemblant les représentants de toutes les forces politiques du Conseil de Paris et la direction de la Philharmonie afin de rédiger une feuille de route pour l’établissement qui prendra en compte – outre les aspects financiers et juridiques – la définition d’une politique musicale pour la capitale en lien avec les élus des communes voisines du Grand Paris.