Restez informés

Voeu relatif à la réforme des conservatoires – Juin 2015

24 juin 2015

Vœu déposé par Nathalie Kosciusko-Morizet, Céline Boulay-Esperonnier, Stéphane Capliez, Grégoire Chertok, François-David Cravenne, Catherine Dumas, Nathalie Fanfant, Danièle Giazzi, Thierry Hodent et l’ensemble des élus du groupe UMP

Relatif à la réforme des conservatoires

Considérant qu’un « conservatoire » doit promouvoir l’enseignement spécialisé de disciplines comme la musique, la danse et l’art dramatique au plus grand nombre ;

Considérant les très nombreuses tentatives d’appels de parents en juin 2014 pour les 910 places disponibles ;

Considérant que l’exécutif parisien a décidé de mettre en place un système de tirage au sort pour la rentrée 2015 ;

Considérant qu’un tel dispositif aurait pu être une solution d’urgence l’année dernière face à l’afflux des appels téléphoniques mais qu’il semble injuste s’il fallait l’instituer de manière pérenne ;

Considérant qu’en 2013, le premier adjoint affirmait vouloir «  Coordonner l’ensemble de l’enseignement musical à Paris », et « créer un tronc commun avec une formation qui démarrerait pour tous les enfants à l’école et se poursuivrait pour les plus motivés au conservatoire » ;

Considérant que la Ville de Paris avait, avec raison, décidé de reporter la réforme des conservatoires devant le mécontentement des élèves, parents d’élèves, professeurs et personnels des conservatoires ;

Considérant qu’en 2014, le premier adjoint déclarait qu’il souhaitait retarder « un peu » l’âge d’inscription dans les conservatoires, multiplier les « passerelles » entre les conservatoires et l’initiation musicale réalisée dans le cadre de l’ARE, qu’une « partie des conservatoires portent bien leurs noms » ;

Considérant que les nouvelles directives et changements dans les cursus pour la rentrée 2015 sont imposés de manière arbitraire et ne semblent pas être en adéquation avec les volontés des parents ni les ambitions des équipes pédagogiques ;

Considérant par exemple que l’obligation de choisir en 2ème année entre les options n’est pas compréhensible puisque l’interdisciplinarité est valorisée par beaucoup ;

Considérant aussi que l’exigence du niveau d’entrée en CE2 (au lieu de CE1 auparavant) pour passer le test d’entrée en IC1 est inadaptée puisqu’un élève a besoin d’apprendre la musique le plus tôt possible ;

Considérant que les professeurs n’ont pas non plus attendu cette réforme pour pratiquer les cours collectifs mais que cela ne doit pas être obligatoire et généralisé de manière institutionnelle car tout dépend des professeurs et des élèves ;

Sur proposition de Nathalie Kosciusko-Morizet, Céline Boulay-Esperonnier, Stéphane Capliez, Grégoire Chertok, François-David Cravenne, Catherine Dumas, Nathalie Fanfant, Danièle Giazzi, Thierry Hodent et l’ensemble des élus du groupe UMP, le conseil de paris émet le vœu que la ville :

  • Mette en place une concertation numérique et un vote entre plusieurs solutions (dont les files d’attente et le tirage au sort) sur le site de la ville de Paris afin que les parents d’élèves choisissent eux-mêmes quel dispositif ils souhaitent voir mis en place pour réguler les inscriptions en conservatoires ;
  • Mette en place un groupe de travail dont le but sera de construire une véritable politique d’enseignement spécialisé à Paris dont les conservatoires municipaux d’arrondissements seront le fleuron. Le groupe de travail sera composé par des élus de tous les groupes politiques au Conseil de Paris et d’un représentant élu des professeurs de chaque conservatoire.