Restez informés

Voeu relatif à la sécurisation des écoles – Septembre 2016

23 septembre 2016

Déposé par Brigitte KUSTER, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Jean-François LEGARET, Florence BERTHOUT, Jean-Pierre LECOQ, Rachida DATI, Jeanne d’HAUTESERRE, Delphine BURKLI, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN, Frédéric PECHENARD et les élus du groupe les Républicains

Relatif à la sécurisation des écoles

Considérant les 50 millions d’euros supplémentaires alloués au fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) pour accompagner les collectivités territoriales dans les travaux de sécurisation urgents des écoles et établissements scolaires ;

Considérant la réunion de prérentrée, organisée le 30 août par la mairie de Paris, en présence du préfet de police, au cours de laquelle le dispositif de sécurisation des écoles a été détaillé ;

Considérant qu’à cette occasion l’adjointe à la maire de Paris chargée de la Sécurité a été interrogée sur l’usage fait par la mairie de Paris des fonds mis à sa disposition par l’Etat pour renforcer la sécurité des écoles ;

Considérant que l’adjointe n’a pas été en mesure d’apporter une réponse précise et qu’elle a même estimé que le dispositif existant était suffisant – ce qui n’est absolument pas le cas puisque toutes les écoles ne bénéficient pas, loin de là, des équipements préconisés (boutons d’alerte agression, vidéoprotection, sas aux entrées si possible, protection des vitrages de fenêtres) dans le cadre d’un diagnostic établi, en décembre 2015, par le rectorat de Paris et la préfecture de police ;

Considérant que la sécurisation technique des bâtiments est une priorité absolue pour empêcher toute intrusion violente ;

Sur proposition Brigitte KUSTER, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Jean-François LEGARET, Florence BERTHOUT, Jean-Pierre LECOQ, Rachida DATI, Jeanne d’HAUTESERRE, Delphine BURKLI, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN, Frédéric PECHENARD et les élus du groupe les Républicains,

Le conseil de Paris émet le vœu :

  • Que la maire de Paris sollicite immédiatement les moyens financiers proposés par l’État pour financer, partout où c’est nécessaire, les travaux de mise en sûreté qui s’imposent dans les écoles et établissements scolaires parisiens.