Restez informés

Voeu relatif à la tenue d’un festival de cinéma d’envergure internationale à Paris – Avril 2015

13 avril 2015

Déposé par Nathalie Kosciusko-Morizet, Céline Boulay-Esperonnier, Stéphane Capliez, Grégoire Chertok, François-David Cravenne, Catherine Dumas, Nathalie Fanfant, Danièle Giazzi, Thierry Hodent et l’ensemble des élus du groupe UMP

Vœu relatif à la tenue d’un festival de cinéma d’envergure internationale à Paris

Considérant que Paris est la capitale mondiale du cinéma – en nombre de salles et en nombre de films diffusés ;

Considérant qu’il n’existe aucune manifestation d’envergure internationale dans le cinéma à Paris ;

Considérant que les initiatives se multiplient, les festivals aussi, mais qu’ils n’ont pas la taille critique pour jouer dans la cour des festivals internationaux ;

Considérant que c’est à Cannes, Clermont Ferrand, Annecy, et maintenant Lyon avec le Festival Lumière, que se sont créées des manifestations de standard mondial ;

Considérant que Paris Cinéma depuis 2003 était une initiative louable mais qui n’a pas reçu l’accompagnement et l’énergie suffisantes de la ville de Paris pour prendre son envol ;

Considérant que l’exécutif parisien a décidé de ne pas reconduire la subvention à Paris Cinéma et donc de « tuer » le festival qui existait au début de l’été depuis 11 ans ;

Considérant que cet arrêt a pour conséquence l’arrêt d’une compétition de films, de projections, d’avant-premières mais aussi d’un forum de coproductions et de rencontres professionnelles qu’il aurait fallu au contraire encourager afin d’aider à dynamiser une filière d’avenir ;

Considérant que si personne ne peut être contre des projections en plein-air, l’idée de remplacer Paris cinéma uniquement par cela et dont on entend parler depuis quelques mois ne peut pas être une proposition sérieuse puisqu’elle méprise une filière professionnelle, ses acteurs et les débouchés qu’elle induit ;

Considérant que Paris mériterait de rayonner avec un événement qui combinerait en réalité cinq manifestations en un festival : une manifestation autour des technologies, un forum international de coproductions, un festival de films, un évènement participatif et un cycle de conférences ;

Considérant que la manifestation autour des technologies pourrait fédérer les festivals et salons qui existent déjà à Paris et en zone métropolitaine et devenir un événement de portée réellement internationale, renforçant  la démarche du « Paris Image Trade Show », qui n’est pour l’instant qu’une bannière, l’idée étant de vendre la marque « grand Paris » aux investisseurs et aux studios étrangers ;

Considérant que cela pourrait être l’occasion d’inclure l’industrie du jeu vidéo en lien avec les effets spéciaux et montrer les enjeux communs ;

Considérant que le forum international de coproductions pourrait,  à l’instar de ce qui existait avec le Paris Project (dans Paris Cinéma) et qui était très utile à nos nombreux producteurs parisiens, être un espace de rencontres destinées à favoriser le développement et la coproduction  (networking, pitching, one to one, etc.) ;

Considérant qu’on peut aller plus loin et imaginer une déclinaison numérique de ce forum, voire une prolongation sur une durée plus longue que les autres volets de l’événement, voire un forum permanent qui concernerait aussi bien le cinéma que les séries TV, le documentaire et le jeu vidéo ;

Considérant que ce forum aurait ainsi vocation à encourager les projets globaux, les déclinaisons d’histoires et d’univers sur les supports et les modes d’expression les plus variés ;

Considérant que dans le festival de films, les programmations – décidées par les exploitants mais aussi par un mécanisme participatif – valoriseraient la diversité des œuvres et les spécificités du cinéma français dans les films (cinéma mais aussi séries TV et jeux vidéo, concerts de musique, etc.) et toucheraient le grand public international autant que les professionnels (avant premières, débats…) ;

Considérant que les Courts métrages, les séries TV ainsi que le transmedia auraient aussi une large place dans ce festival, distinguant Paris, puisque  l’on connait les inévitables débats sur les frontières de plus en plus poreuses entre les différents supports et les nouvelles écritures que cela induit ;

Considérant qu’un événement participatif favoriserait l’implication du grand public qui serait partie prenante de cet évènement : cinéphiles, cinéastes en herbe, mais aussi créateurs de disciplines naissantes, etc. pourraient ainsi envoyer leurs œuvres et réflexions sur une plateforme internet et être diffusés dans certaines salles ;

Considérant enfin que le cycle de conférences permettrait de réunir l’ensemble des participants pour réfléchir ensemble aux enjeux philosophiques et artistiques, aux modes de financement des films, qui sont en pleine révolution (fonds d’investissement, financements participatifs…), et peut-être d’organiser un dialogue interfestival avec d’autres manifestations (Austin, Sundance…)

Nathalie Kosciusko-Morizet, Céline Boulay-Esperonnier, Stéphane Capliez, Grégoire Chertok, François-David Cravenne, Catherine Dumas, Nathalie Fanfant, Danièle Giazzi, Thierry Hodent et l’ensemble des élus du groupe UMP émettent le vœu que :

  • la ville de Paris réunisse les professionnels (syndicats de producteurs, de distributeurs et d’exploitants, Fédération des Industries Techniques du Cinéma et de l’audiovisuel (FICAM), membres des commissions d’attribution des aides de la Mission Cinéma, CNC, anciens partenaires de Paris Cinéma, Cité du cinéma…)  et les élus de la 2e commission afin de mesurer la mobilisation qui pourrait exister autour d’un projet de festival de cinéma d’envergure internationale à Paris.