Restez informés

Voeu relatif à l’augmentation de la taxe de séjour pour les hôtels de trois, quatre et cinq étoiles – Juillet 2014

12 février 2015

Vœu à la Maire de Paris présenté par Delphine Bürkli, Jean-Baptiste de Froment, Gypsie Bloch et les élus du groupe UMP relatif à l’augmentation de la taxe de séjour pour les hôtels de trois, quatre et cinq étoiles. 

Considérant que l’Assemblée Nationale a voté mercredi 25 Juin un amendement qui aura pour effet de quintupler la taxe de séjour pour les hôtels trois, quatre et cinq étoiles.

Considérant que dans les faits cette hausse fera passer en France la taxe de séjour de 1 à 5€ pour les trois étoiles et de 1,50 à 8€ pour les quatre et cinq étoiles.

Considérant qu’en plus de cette hausse, une taxe spécifique à l’Ile de France de 2€ par personne et par nuitée, a été adoptée le lendemain.

Considérant pourtant que le Président de la République a fait du tourisme « une grande cause nationale », ce qui a été confirmé par Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, à l’occasion de la clôture des Assises du Tourisme le 19 Juin dernier. L’objectif du gouvernement étant : « le tourisme français doit avoir pour ambition d’être le premier au monde ».

Considérant qu’en France, le tourisme génère deux millions d’emplois directs et indirects et pèse plus de 7% de notre PIB. Avec 12 milliards d’euros il est l’un des plus élevés de nos excédents commerciaux.

Considérant qu’avec 3,3 millions de chômeurs fin Mai (+24 800 en 1 mois), la France a atteint un nouveau record de personnes en recherche d’un emploi.

Considérant qu’en matière d’hôtellerie, 2 emplois sur 3 sont à Paris et deux chambres sur trois classées dans un hôtel 3 étoiles sont à Paris.

Considérant qu’au 1er trimestre 2014, la fréquentation des hôtels a baissé de 2,4% avec notamment un recul de la clientèle étrangère (-2,2%).

Considérant que le 9e arrondissement de Paris est celui où il y a la plus forte concentration d’hôtels 3 et 4 étoiles de Paris (126 établissements) ;

Delphine Bürkli, Jean-Baptiste de Froment, Gypsie Bloch et les élus du groupe UMP, demandent au Maire de Paris :

  • De prendre une position publique pour soutenir les hôteliers parisiens face à cette hausse insupportable 
  • De dénoncer la taxe régionale spécifique frappant les hôteliers d’Ile de France 
  • De décréter le tourisme en tant que « grande cause parisienne » de son mandat à l’instar du Président de la République et du Gouvernement