Restez informés

Voeu relatif à un plan d’action pour améliorer la propreté des rues de Paris – Octobre 2014

12 février 2015

Déposé Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et les élus du groupe UMP
Relatif à un plan d’action pour améliorer la propreté des rues de Paris

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

CONSIDéRANT qu’une majorité de Parisiens ne sont pas satisfaits du niveau de la propreté à Paris ;

CONSIDéRANT les déclarations du Maire honoraire de Paris peu après la fin de son mandat en 2014 : « Je m’aperçois qu’il y a des choses où j’ai peut-être cédé trop vite […] Du point du service public par exemple de la propreté » ;

CONSIDéRANT que la Maire de Paris avait annoncé le 10 avril dernier la présentation prochaine d’un « plan d’action » pour améliorer la propreté des rues de Paris, sans qu’il n’ait été dévoilé à ce jour ;

CONSIDéRANT que notre ville, l’une des premières destinations touristiques mondiales, n’est classée que 24e sur 40 pour le critère de la propreté selon une étude du site TripAdvisor (2012) ;

CONSIDéRANT que la Ville prélève chaque année une taxe de balayage pour couvrir les dépenses de nettoiement des rues, cet impôt ayant augmenté de 600 % en 2011 pour certains ménages parisiens ;

CONSIDéRANT que les postes budgétaires ne sont pas tous pourvus dans certains arrondissements, ce qui désorganise l’ensemble du service de propreté ;

CONSIDéRANT que le bilan social de la Direction de la Propreté et de l’Eau fait apparaître un taux d’absence compressible élevé (9,83 % pour 2013), trahissant un malaise des agents et une mauvaise organisation des services ;

CONSIDéRANT que l’organisation du nettoiement des rues n’est pas toujours répartie de façon optimale dans la journée ;

CONSIDéRANT que le remplacement des sacs des corbeilles de rues n’est pas suffisamment fréquent, ce qui incite à des dépôts sauvages qui sont ensuite particulièrement difficiles à éradiquer, et que ce phénomène a été amplifié par le dernier modèle des corbeilles de rue ;

CONSIDéRANT que certaines rues commerçantes sont saturées d’emballages voire de dépôts interdits, faute de dispositifs de récupération adaptés ;

CONSIDéRANT que le nettoiement des espaces utilisés pour certains marchés alimentaires manque de réactivité;

CONSIDéRANT que le balayage des rues pourrait être plus efficace et moins pénible si les agents étaient plus largement équipés de moyens mécaniques et si le matériel était moins vétuste ;

CONSIDéRANT que la lutte contre les épanchements d’urine nécessite l’implantation de mobilier urbain supplémentaire et l’élargissement des horaires des sanisettes ;

CONSIDéRANT que l’application « Dans ma rue » ne fonctionne pas de manière optimale pour permettre une résolution rapide des anomalies en matière de propreté ;

Sur proposition de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et des élus du groupe UMP, émet le vœu que :

  • la Maire de Paris présente au plus vite son plan d’action pour améliorer la propreté des rues de Paris, comprenant nécessairement :

  • l’affectation d’agents à tous les postes budgétaires créées au sein des divisions locales de propreté ;

  • un volet pour lutter contre l’absentéisme compressible par une meilleure prise en compte de la pénibilité et de la difficulté des conditions de travail ;

  • une meilleure répartition des opérations de nettoiement dans la journée pour garantir un état constant de propreté ;

  • l’augmentation du nombre de corbeilles de rues et une fréquence plus élevée de renouvellement de leurs sacs ;

  • l’accroissement du nombre de poubelles dans les rues commerçantes pour empêcher les dépôts sauvage de cartons ;

  • le recours plus systématique à la mécanisation du nettoiement des rues : aspirateurs électriques de déchets, etc ;

  • l’augmentation du nombre de sanisettes dans les quartiers où les épanchements d’urines sont fréquents ;

  • l’élargissement des horaires d’ouverture des sanisettes dans les quartiers qui le nécessitent ;

  • que des brigades vertes soient créées afin de permettre aux différents maires d’arrondissement de disposer de véritables prérogatives en matière de propreté ; qu’à cette fin les directions locales de la propreté soient déléguées aux arrondissements.