Restez informés

Voeu relatif au mouvement de grève affectant les équipements sportifs depuis février 2014 – Mars 2015

11 mars 2015

Vœu déposé par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Jean-François LEGARET, Florence BERTHOUT, Jean-Pierre LECOQ, Rachida DATI, Jeanne d’HAUTESSERRE, Delphine BURKLI, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN, Brigitte KUSTER, Déborah PAWLIK, Valérie MONTANDON, Patrick TREMEGE, Pierre-Yves BOURNAZEL, Anne-Constance ONGHENA, Atanase PERIFAN et les élus du groupe UMP relatif au mouvement de grève affectant les équipements sportifs depuis le mois de Février 2014.

Considérant que depuis le 23 février 2014, de nombreux équipements sportifs municipaux sont fermés le dimanche en raison d’un mouvement de grève des agents de la direction de la jeunesse et des sports (DJS) ;

Considérant que ces agents revendiquent une revalorisation de leur prime dominicale et dénoncent une différence de traitement par rapport aux agents d’autres directions de la Mairie ;

Considérant que depuis lors, les Parisiens sont pénalisés et ne peuvent pratiquer leur activité sportive dans de bonnes conditions, voire pas du tout, qu’il s’agisse de loisir ou de compétition ;

Considérant les vœux déposés dans les Conseils d’arrondissement, les vœux déposés au Conseil de Paris, y compris par des groupes de la Majorité municipale parisienne en Juin et Septembre 2014 ;

Considérant qu’à ces occasions il nous a été répondu que le problème serait inscrit à l’agenda social de la Maire de Paris, initialement prévu pour Juin 2014, de façon à « traiter le sujet de manière globale » pour aller vers une harmonisation desdites primes entre les directions la Ville de Paris ;

Considérant par ailleurs qu’en Juillet 2014, les agents de la DJS ont néanmoins été reçus conjointement par l’Adjoint en charge des ressources humaines et l’Adjoint en charge des Sports;

Considérant que ces deux « rendez-vous » n’ont pas permis de résoudre le conflit puisque le mouvement a été reconduit jusqu’en septembre 2014 ;

Considérant qu’en réponse aux vœux déposés par le groupe UMP en septembre 2014, l’Adjoint en charge des sports a invité les élus à la « lucidité sur la réalité de ce mouvement », puisqu’en réalité 19% d’agents étaient grévistes en septembre au lieu de 25% avant l’été et que 16% des équipements étaient fermés en septembre au lieu de 23% avant l’été ;

Considérant qu’il a également rappelé que cette question serait abordée à l’agenda social de la Maire de Paris pour 2015 de manière globale, c’est-à-dire pour l’ensemble des équipements publics concernés par les ouvertures dominicales ;
Considérant qu’il a alors précisé que pour les associations importées par ces fermetures, la Mairie essayait « autant que possible de trouver un créneau le samedi ou de reloger dans un équipement qui est ouvert » ;

Considérant qu’il a conclu son propos en indiquant qu’un conflit social ne se réglait pas « à coup de baguette magique ni de déclaration incantatoire » mais « avec un dialogue social que nous (la Mairie) exerçons » ;

Considérant qu’en parallèle, les organisations syndicales ont reçu en septembre un courrier co-signé de l’Adjoint aux Sports et de l’Adjoint aux Ressources humaines les informant de la création d’un groupe de travail pour « analyser ensemble les différentes règles d’indemnisation du dimanche entre les directions » ;

Considérant qu’en septembre, les agents ont néanmoins décidé de poursuivre leur mouvement de grève jusqu’au 4 décembre 2014, date des élections professionnelles ;

Considérant que certains équipements continuent d’être fermés le dimanche en raison de ce mouvement social ;

Considérant que les agents de la DJS ont récemment annoncé vouloir durcir ce mouvement en étendant la grève au samedi ;

Considérant que cette décision reflète la « qualité » du dialogue social entre la Mairie et ses personnels ;

Considérant que dans le courrier adressé par Jean-François MARTINS aux associations sportives, et selon l’information transmise aux Maires d’arrondissement, il est indiqué que la Ville « étudie actuellement l’ensemble des solutions juridiquement possibles pour ouvrir sans délai le maximum d’équipements sportifs » et qu’elle se « réserve notamment la possibilité de modifier substantiellement l’affectation des agents pour garantir la continuité du service public » ;

Considérant la gêne occasionnée pour les sportifs depuis plus d’un an et la négligence des réponses qui ont été apportées à nos demandes, répétées, sur ce sujet ;

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Jean-François LEGARET, Florence BERTHOUT, Jean-Pierre LECOQ, Rachida DATI, Jeanne d’HAUTESSERRE, Delphine BURKLI, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN, Brigitte KUSTER, Déborah PAWLIK, Valérie MONTANDON, Patrick TREMEGE, Pierre-Yves BOURNAZEL, Anne-Constance ONGHENA, Atanase PERIFAN émettent le vœu que la Maire de Paris :

  • assure, enfin, la continuité du service public dans l’ensemble des équipements sportifs parisiens, et donc leur ouverture, pour permettre aux usagers de pratiquer leur activité sportive ;
  • prenne l’attache des associations sportives parisiennes qui ont assurément subi des pertes financières depuis le début du conflit social et étudie la possibilité de compenser ces pertes.