Restez informés

Voeu relatif au réservoir de Grenelle – Septembre 2015

22 septembre 2015

Déposé par Philippe GOUJON, Jean-François LAMOUR, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Yann WEHRLING et les élus des groupes les Républicains et UDI-Modem

Relatif au réservoir de Grenelle

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Vu le vœu V116 adopté par le Conseil de Paris des 7, 8 et 9 juillet 2014 notamment en ce qu’il demande le maintien en exploitation de toutes les composantes du réseau d’eau non potable, y compris le réservoir de Grenelle ;

CONSIDéRANT que le présent schéma directeur appelle à étudier ou approfondir les usages possibles de l’eau non potable, notamment les usages privés, extramuros ou de valorisation thermique ;

CONSIDéRANT qu’il convient alors de prendre des mesures conservatoires afin de ne pas obérer les perspectives de développement des usages de l’eau non potable ;

CONSIDéRANT que le réservoir de Grenelle datant de plus de deux siècles possède une dimension patrimoniale forte, notamment ses voûtes en sous-sol ou encore le bâtiment de 1820 ;

CONSIDéRANT que dans un quartier dense, le réservoir de Grenelle constitue un espace de respiration ;

CONSIDéRANT que la rédaction du Schéma Directeur prévoit une remise à terme du patrimoine immobilier à la Ville de Paris, sans plus de précision ;

Sur proposition de Philippe GOUJON, Jean-François LAMOUR, Claire de CLERMONT-TONNERRE, Yann WEHRLING et les élus des groupes les Républicains et UDI-Modem

, émet le vœu que la Maire de Paris :

  • que la vocation du site soit pleinement valorisée dans le cadre de la création d’un site de biodiversité aquatique ;
  • que la Mairie d’arrondissement, le Conseil Consultatif de Quartier et les riverains soient pleinement associés au projet ;
  • que le projet exclut toute densification, que ce soit pour le réservoir ou les bâtiments ;
  • que les aménagements soient réversibles afin que l’exploitation du réservoir d’eau non potable soit possible si cela s’avérerait nécessaire dans l’avenir ;
  • que le caractère patrimonial de l’ensemble du site soit mis en valeur, notamment les voûtes en sous -sol et le bâtiment de 1820 ;