Restez informés

Voeu relatif aux grèves dans les structures de la petite enfance – Juillet 2014

12 février 2015

Vœu déposé par Florence BERTHOUT et les élus du groupe UMP, relatif aux grèves dans les structures de la petite enfance

Considérant la multiplication des grèves dans les structures de la petite enfance – des mouvements ayant déjà eu lieu le 15 mai, les 2 et 3 juin, le 10 juin, le 12 juin, le 19 juin ainsi que le 26 juin 2014 ;

Considérant que ces mouvements de grève posent de graves problèmes d’encadrement des enfants accueillis au sein de ces structures ;

Considérant par ailleurs que mouvements sont le symptôme de conditions de travail très difficiles au sein de ces structures, notamment le non-remplacement d’agents en arrêts maladie de longue durée ou en formation, le manque d’auxiliaires de puériculture et d’ATEPE et le non-respect du nombre de postes alloués selon la typologie architecturale des structures ;

Considérant que ces conditions de travail inacceptables sont à l’origine de grandes frustrations parmi les personnels de la petite enfance, dont le dévouement et la compétence sont unanimement reconnus ;

Considérant que ces mouvements de grèves suscitent également l’exaspération légitime des parents, dont les obligations professionnelles sont obérées par la nécessité de trouver, dans l’urgence, des solutions de garde ;

Considérant que si l’objectif de créer des places supplémentaires est essentiel pour les familles parisiennes, il convient dans le même temps de renforcer les équipes des structures déjà existantes, faute de quoi le service de la petite enfance s’en trouvera très rapidement dégradé ;

Sur la proposition de Mme Florence BERTHOUT, Maire du 5e arrondissement, les membres du groupe UMPPA

EMETTENT LE VOEU 

  • que la Maire de Paris remédie aux difficultés rencontrées par les personnels de la petite enfance dans le cadre de leur service, notamment le non-remplacement d’agents en arrêts maladie de longue durée ou en formation, le manque d’auxiliaires de puériculture et d’ATEPE et le non-respect du nombre de postes alloués selon la typologie architecturale des structures ;
  • que la Maire de Paris mène une politique volontariste de renforcement des équipes des structures de la petite enfance.